Collection inédite de semences de plantes indigènes

St-Bruno, le 3 avril 2010 – La Ferme florale Botanix de St-Bruno et la pépinière estrienne Indigo, spécialisée en plantes indigènes, sont heureuses de procéder au lancement d’un produit inédit sur le marché québécois : les Semences Marie-Victorin. Il s’agit de semences de plantes indigènes du Québec, présentées dans des sachets pratiques, originaux et écologiques dont le visuel rétro évoque un savoir-faire ancestral.

« Les amateurs de produits du patrimoine apprécieront cette collection étendue de 50 espèces indigènes dont des vivaces, des graminées, des plantes grimpantes et des arbres », a affirmé madame Isabelle Dupras d’Indigo, concepteur du projet. « Ainsi, foin d’odeur, herbe aux gueux, concombre grimpant et gants de Notre-Dame voisineront gueules noires, petits cochons, herbes à liens et pimbina pour le plus grands bonheur des horticulteurs et des amis de la nature».

Madame Nadine Neveu accueille avec enthousiasme ces produits à la Ferme florale Botanix, une entreprise qui s’est engagée résolument pour le développement durable. « Ces semences arrivent à point en cette année internationale de la biodiversité », a-t-elle déclaré. « Elles proviennent de récoltes éthiques et de fournisseurs fiables ayant à cœur la conservation de la nature. Semer des semences de plantes indigènes, ajoute-t-elle, contribue à préserver notre patrimoine naturel et à maintenir le mieux-être de notre faune. Les plantes indigènes sont aussi plus résistantes aux insectes et aux maladies ».

Cette collection est nommée par Indigo en l’honneur du Frère Marie-Victorin dont c’est aujourd’hui (3 avril) le 125e anniversaire de naissance. Toutes les espèces de la collection se retrouvent dans la Flore laurentienne que ce célèbre botaniste a publiée en 1935 et dont on souligne cette année le 75e anniversaire. Pour compléter les informations sur Les Semences Marie-Victorin, les jardiniers pourront se référer à cette véritable bible des plantes de chez nous que l’on retrouve dans la bibliothèque d’un grand nombre de familles québécoises.

En plus d’une illustration de l’espèce, chaque sachet contient les informations suivantes (liste des espèces en annexe): Nom latin, français, anglais.

  • Description de la plante, incluant hauteur, date de floraison, lumière et humidité.
  • Nombre de graines contenues dans l’enveloppe.
  • Information sur la récolte éthique des semences.
  • Directives de semis en français et en anglais.
  • Prix de détail suggéré 4.95$

Par ailleurs, les sachets sont faits de matières recyclables et sont assemblés à la main par les membres de la coopérative Jardi-serre de Windsor, un organisme d’éducation qui permet aux adultes ayant une déficience intellectuelle d’apprendre par le biais de projets horticoles.

Le Frère Marie-Victorin et Adélard Bisaillon, le fondateur de la Ferme florale
Véritables pionniers dans leur domaine, le Frère Marie-Victorin et Adélard Bisaillon ont partagé durant des années la même passion pour la nature. Le lancement de la nouvelle collection Les semences Marie- Victorin à la Ferme florale Botanix à St-Bruno est d’autant plus justifié qu’on rappelle ainsi la collaboration de ces deux hommes qui ont travaillé étroitement à la construction du Jardin botanique de Montréal.

Le Frère Marie-Victorin (1885-1944) a dédié toute sa vie à promouvoir les sciences naturelles auprès des jeunes et des moins jeunes. Écologiste avant l’heure, il est le fondateur du Jardin botanique de Montréal. Il est l’auteur de la Flore laurentienne, un ouvrage magistral encore largement utilisé de nos jours. Scientifique reconnu sur la scène internationale, le Frère Marie Victorin a su cultiver auprès des Québécois leur capacité d’émerveillement envers la richesse de leur patrimoine naturel.

Adélard Bisaillon (né en 1910,) a été le premier canadien-français à étudier aux États-Unis dans le secteur de l’aménagement horticole et a travaillé au Jardin botanique de New York. Remarqué pour sa formation et son expérience, le Frère Marie-Victorin fit appel à M. Bisaillon pour aménager le Jardin botanique de Montréal où il fut, par la suite, professeur pendant 30 ans. Il a fondé en 1946 le centre horticole la Ferme Florale à St-Bruno. Il est également fondateur de la Société d’horticulture de St-Bruno, du concours Maisons fleuries et participa activement à la Chambre de commerce de St-Bruno.



Commentaires