La Coop Fédérée annonce des résultats records

Réunis à Québec pour leur 90e assemblée générale annuelle, La Coop fédérée et ses membres ont dévoilé des résultats records. Ainsi, en dépit d’un environnement économique incertain et de la volatilité des prix des matières premières, La Coop fédérée annonce un excédent avant ristournes et impôts de 79,0 millions de dollars pour l’exercice terminé le 29 octobre 2011, soit plus du double du résultat de l’année antérieure, et des ventes de 4,6 milliards de dollars, en hausse de 15 % par rapport à l’année précédente.

« Nos résultats et ceux du réseau des coops affiliées démontrent une fois de plus le succès du modèle coopératif, un modèle axé sur l’humain, mais capable aussi de réussite financière » a déclaré M. Denis Richard, président de La Coop fédérée.

Des gains appréciables dans le secteur Approvisionnement
Les activités liées à la commercialisation des grains, des productions végétales et de l’énergie ont aussi connu des gains substantiels en 2011. Le secteur Approvisionnement, qui regroupe des marques telles qu’Elite, La Coop et Sonic, a ainsi augmenté ses ventes de 508,8 millions de dollars, pour faire grimper son chiffre d’affaires à 2,3 milliards de dollars, ce qui représente un bond de 29 % par rapport à l’année antérieure.

Les gains dans le secteur porcin,  notamment en Russie et en Asie, le succès des récentes acquisitions, la réussite de la rationalisation des activités de transformation des viandes et une saine gestion des ressources ont tous contribué à faire de cette année la plus profitable de son histoire.

Des acquisitions judicieuses

Dans son histoire récente, La Coop fédérée a acquis des entreprises satellites, spécialisées dans des secteurs tels que les intrants agricoles, la commercialisation des grains et l’entreposage de propane. Ces acquisitions se sont avérées particulièrement éclairées. En effet, les ventes combinées de ces sociétés ont crû de 23 % comparativement à l’année précédente.

Un secteur porcin en redressement
La performance de l’année 2011 s’explique notamment par les gains dans le secteur porcin, où les ventes ont augmenté de 97,0 millions de dollars, pour porter le chiffre d’affaires de la division Mise en marché à 2,3 milliards de dollars, ce qui représente une progression de 4 % par rapport à l’année antérieure. La forte demande en provenance de la Chine et de la Russie de même que les conséquences de la fièvre aphteuse en Corée du Sud ont compensé la baisse enregistrée aux États-Unis, due principalement à la vigueur du dollar canadien.

La restructuration du secteur porcin réalisée au cours des dernières années porte donc ses fruits, notamment à l’échelle internationale. L’implantation, en avril 2011, de la Filière porcine coopérative n’est pas étrangère à ce succès. Elle permet de produire une viande qui conjugue le savoir-faire des producteurs agricoles, l’expertise du réseau La Coop et l’expérience d’Olymel, notamment pour la mise en marché. Une certaine progression des ventes de porcs a également été enregistrée dans l’Ouest canadien.

Des ristournes et une solidité financière accrues
La bonne performance de l’année a permis à La Coop fédérée de verser des ristournes records et de renforcer encore davantage sa position financière. Les ristournes aux membres affiliés ont ainsi atteint 36,5 millions de dollars en 2011, soit plus du triple du montant versé l’année antérieure. L’avoir de la société, y compris les actions privilégiées et les débentures convertibles, a grimpé à 492,7 millions de dollars au 29 octobre 2011, ce qui correspond à une hausse de 12 % par rapport à la fin de l’exercice précédent.

Un modèle de solidarité et de bénéfices partagés
Fondée sur les valeurs que sont la solidarité, la participation démocratique, l’honnêteté et la transparence, La Coop fédérée inspire par son modèle, qui place les valeurs humaines au-dessus des valeurs matérielles et qui reconnaît, dans les limites de saines règles de gestion, la primauté de la personne sur le capital. « Nos résultats et ceux de tout le réseau marquent une certaine consécration de notre modèle économique, un modèle indépendant des dérives financières, a soutenu le chef de la direction de La Coop fédérée, M. Claude Lafleur. À l’heure des indignés, nos façons de faire méritent d’être connues.»

Commentaires