18,7 millions $ du MAPAQ pour le développement des pêches et de l’aquiculture

Québec, le 28 mars 2000 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel, annonce que des crédits de 18,7 millions $ seront disponibles pour soutenir le développement de l’industrie des pêches et de l’aquiculture pour l’année 2000-2001.







Ces sommes s’ajoutent aux 6 millions $ accordés récemment pour la qualification de la main-d’œuvre.


De cette somme, 11,2 millions $ seront versés directement à la clientèle dans le cadre des programmes d’aide tant pour les activités en eaux marines qu’en eaux douces. Il s’agit d’une augmentation de 50% en 2 ans des sommes consacrées à ce secteur.

Ce budget aura des retombées importantes pour les régions maritimes. Ainsi, la participation financière du gouvernement du Québec assurera le maintien des activités en cours, la réalisation des projets inscrits dans le plan de développement stratégique du MAPAQ et la réalisation de la future Politique nationale des pêches et de l’aquiculture, laquelle sera rendue publique prochainement.

Ces sommes s’ajoutent aux 6 millions $ accordés récemment pour la qualification de la main-d’œuvre par la ministre d’État au Travail et à l’Emploi, madame Diane Lemieux. De plus, 26 millions $ ont été ajoutés au plan de relance de la Gaspésie dans le cadre du discours sur le budget. Les ministères partenaires au Plan avaient ciblé les biotechnologies comme secteur peu exploité mais hautement prometteur pour la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Quant à l’aquiculture, la Société de financement agricole (SFA) effectue présentement les modifications réglementaires requises pour financer les projets de mariculture. Investissement Québec a par ailleurs annoncé son intention d’élargir le programme Garantie PME aux projets de mariculture et biotechnologie marine. De plus, la Société de développement de l’industrie maricole (SODIM) étendra ses activités à la Côte-Nord. Les secteurs de la capture et de la transformation bénéficieront de services adaptés aux particularités régionales et de moyens pour accroître la performance de ce secteur d’activités.

Considérant les choix sociaux et les réaménagements budgétaires que le gouvernement a dû effectuer au cours des dernières années afin de respecter ses engagements en matière d’atteinte du déficit zéro, de réduction des impôts et de réinvestissements en santé et en éducation. Le ministre Trudel reconnaît sans équivoque l’importance du secteur des pêches et de l’aquiculture pour les régions maritimes et l’intérêt que le gouvernement lui accorde.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec

http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires