37e Congrès mondial des agriculteurs : les agriculteurs du monde adoptent de nouvelles politiques générales

Séoul, 19 mai 2006 – Le 37e Congrès mondial des agriculteurs de la Fédération internationale des producteurs agricoles (FIPA) a adopté quatre nouvelles déclarations de politique générale concernant l’agriculture, y compris des recommandations qui donneront plus de pouvoirs d’intervention aux agriculteurs et à leurs organisations professionnelles. Elles portent sur les questions cruciales que sont la désertification, les changements climatiques, les régimes alimentaires équilibrés et l’étiquetage des aliments.

Les questions environnementales sont une priorité pour les agriculteurs, et la FIPA va faire valoir leurs vues dans les années à venir pour combattre la désertification, atténuer les effets des changements climatiques et s’y adapter, conserver la biodiversité et développer des énergies renouvelables. En présence du secrétaire exécutif du secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, M. Hama Arba Diallo, les agriculteurs sont parvenus à un consensus sur la lutte contre la désertification et ont affirmé qu’elle était étroitement liée au problème de la sécurité alimentaire des agriculteurs. Étant donné que 2006 est l’année internationale des déserts et de la désertification, les agriculteurs ont décidé durant le Congrès de promouvoir activement cette nouvelle déclaration de politique générale de la FIPA dans le cadre des travaux de la Convention sur la lutte contre la désertification. Une déclaration de politique générale sur les changements climatiques a également été adoptée. Les agriculteurs ont jugé que les énergies renouvelables étaient une question environnementale cruciale pour les années à venir. Cette question est considérée par les agriculteurs comme une possibilité nouvelle de développement rural et de création de revenus. Il a été décidé que ce serait le thème d’un nouveau document de politique générale qui sera soumis au 38e congrès de la FIPA qui se tiendra en 2008, assorti de recommandations de la FIPA visant à s’assurer que les énergies renouvelables améliorent les revenus des agriculteurs.

Le Congrès a adopté les recommandations de la FIPA sur les questions des directives relatives aux régimes alimentaires. Ce document présente les vues des agriculteurs sur la façon de promouvoir un régime alimentaire sain et équilibré pour les consommateurs. Les organisations agricoles souhaitent être associées au débat national et international qui définira la base de la stratégie qui sera appliquée en matière de nutrition, d’exercice physique et de santé, compte tenu du fait que les agriculteurs subissent de façon directe les conséquences des changements de comportement alimentaire des consommateurs.

Les recommandations concernant l’étiquetage des aliments ont également été examinées au cours du 37e Congrès. L’activité consistant à accroître le pouvoir d’action des agriculteurs dans la chaîne alimentaire est un travail de longue haleine et l’étiquetage est une partie importante de ce travail. Les agriculteurs ont décidé que cette question continuerait à être examinée par la FIPA au cours des prochaines années.

La question cruciale de la lutte menée par les agriculteurs contre la pauvreté a été introduite par une présentation de la ministre des Pays-Bas pour la coopération pour le développement, Mme Agnes van Ardenne-van der Hoeven. Elle a parlé au Congrès des partenariats entre secteurs public et privé au service du développement durable de l’agriculture. «Depuis le Sommet mondial de Johannesbourg sur le développement durable, nous avons enfin compris que, si le secteur privé est le principal catalyseur de la croissance, il ne peut que bénéficier d’une collaboration avec le secteur public. C’était là une étape logique après des décennies au cours desquelles les gouvernements d’abord et les marchés ensuite étaient considérés comme les principaux moteurs du développement. Travailler main dans la main, c’est bien cela le développement – partenariat et dialogue. Nous ne devons pas donner suite à la réunion de Johannesbourg par de nouvelles paroles, mais par des actes. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération internationale des producteurs agricoles (FIPA)
http://www.ifap.org/

Commentaires