ACEUM: Les contestations sur le lait montent d’un cran

ACEUM: Les contestations sur le lait montent d’un cran

Le premier conflit entre les États-Unis et le Canada depuis la signature du nouvel ALENA portera sur les produits laitiers. La représentante américaine au Commerce Katherine Tai a formellement demandé qu'un groupe spécial de règlement des différends examine si le Canada contrevient aux conditions de l’entente en restreignant l’accès de son marché aux producteurs de lait américains.

«Une priorité absolue pour l'administration Biden-Harris est de faire appliquer pleinement l'AEUMC et de veiller à ce qu'elle profite aux travailleurs américains», a déclaré la secrétaire Tai. «Le lancement de la première demande de groupe spécial dans le cadre de l'accord permettra à notre industrie laitière et à ses travailleurs de saisir de nouvelles opportunités dans le cadre de l'AEUMC pour commercialiser et vendre des produits américains aux consommateurs canadiens.

La ministre du Commerce international, Mary Ng, a contesté ces récriminations par voie de communiqué de presse. « Le Canada est déçu de la décision des États-Unis de demander qu’un groupe spécial de règlement des différends soit constitué », rappelant qu'Ottawa avait déjà accepté d’accorder aux États-Unis un accès supplémentaire au marché pour les produits laitiers.

« Nous sommes convaincus que nos politiques sont entièrement conformes à nos obligations prévues dans l’ACEUM à l’égard des contingents tarifaires, et nous défendrons énergiquement notre position au cours du processus de règlement des différends. »

Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada, a décrit les allocations de quotas comme «conformes» aux termes de l'accord et a prédit qu’un panel confirmerait ses propos.

"Nous croyons que le gouvernement canadien a une affaire solide à présenter devant le groupe spécial et que notre droit d'administrer les contingents tarifaires sera finalement reconnu", a déclaré M. Lampron.

La National Milk Producers Federation, basée aux États-Unis, voit les choses d’un autre oeil. « Le Canada n'a pas pris les mesures nécessaires pour se conformer à ses obligations en vertu de l'AEUMC en restreignant de manière inappropriée l'accès à son marché », a déclaré le président et chef de la direction Jim Mulhern dans un communiqué. « Cela doit cesser et nous sommes reconnaissants que l'USTR ait l'intention de faire en sorte que cela se produise. »

La pression monte en effet du côté des États-Unis pour agir. Un groupe bipartite de représentants au Congrès a envoyé une lettre à la représentante américaine au commerce Katherine Tai et au secrétaire agricole Tom Vilsack concernant les produits laitiers et l'accord États-Unis-Mexique-Canada. Ils demandent à l'administration d'aller de l'avant avec les mesures d'application négociées dans l'AEUMC pour soutenir les producteurs laitiers américains.

Les États-Unis ont contesté les quotas pour la première fois en décembre. Washington a tenu des consultations avec Ottawa, mais les parties n’ont pas été en mesure de résoudre leurs préoccupations grâce à cette approche, a déclaré un responsable de l’USTR lors d’un appel avec des journalistes. Un processus de sélection du panel prendra environ un mois, et un rapport devrait être prêt plus tard cette année, a déclaré l'USTR.

L'accord prévoit la possibilité de tarifs comme une forme de représaille, mais "nous sommes loin de ce processus", a déclaré le responsable de l'USTR.

Source: Presse Canadienne, Bloomberg

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires