Agropur en bonne santé financière

Granby (Québec), le 27 janvier 2000 – Les règles de saine gestion dont s’est munie Agropur depuis plusieurs années continuent à porter fruits.







Des producteurs laitiers résidant hors Québec pourront dorénavant se joindre aux quelque 5000 sociétaires actuels, tous du Québec, de la Coopérative.


Son exercice financier 1999 ne fait pas exception à la règle : l’excédent d’exploitation, bien qu’inférieur à celui de l’an passé, se chiffre à 27,6 millions de dollars, par rapport à un chiffre d’affaires de près de 1,5 milliard de dollars. C’est un résultat fort respectable si on le reporte dans le contexte du secteur où l’entreprise évolue, celui de l’agro-alimentaire canadien.

La Coopérative tire son épingle du jeu

« Nous ressentons les effets de la concentration de la distribution alimentaire, d’expliquer son directeur général, R. Claude Ménard. Une clientèle qui rétrécit, une offre de produits qui se doit d’être nationale et dont les prix s’alignent souvent vers le plus bas dénominateur commun, établissent les règles du jeu ». Agropur a par ailleurs dû composer avec une forte pression sur les prix, découlant de l’absence de mécanisme adéquat pour libérer le marché canadien d’une forte production laitière.

Heureusement, la solidité de la structure financière de la Coopérative lui confère une position avantageuse parmi les coopératives laitières. Ce qui lui permet d’envisager le développement à travers les opportunités intéressantes qui pourraient se présenter, tant au Canada qu’outre frontières.

L expansion du sociétariat hors Québec, bientôt une réalité

Le 17 décembre dernier, le Gouvernement du Québec, par voie de loi privée, acceptait qu’Agropur soit dorénavant régie par la Loi canadienne sur les coopératives.

L’année 2000 sera donc consacrée à donner effet à cette décision. Des producteurs laitiers résidant hors Québec pourront alors se joindre à ses quelque 5000 sociétaires actuels, tous du Québec, donnant ainsi un véritable sens à la dimension pancanadienne de la Coopérative.

Exportation : la solution coopérative

En fin d’exercice, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a rendu une décision qui invalide les façons de faire du Canada en matière d’exportation des produits laitiers.

Devant l’urgence de la situation, et pour contrer les effets néfastes de cette décision sur le développement du secteur laitier québécois, les coopératives laitières ont fait une proposition qu’elles considèrent comme étant la seule avenue qui permettra d’envisager le maintien et, ultérieurement, le développement des marchés extérieurs.

Le président d’Agropur, M. Jacques Cartier, explique : « Notre proposition se base sur la décision individuelle des producteurs laitiers de confier aux coopératives le mandat de recevoir, transformer et distribuer leur production destinée à l’exportation, que ceux-ci soit membres ou non des coopératives. De plus, nous nous engageons à rendre disponible aux industriels laitiers privés la matière première nécessaire à leurs marchés d’exportation. »

M. Cartier conclut : « Toute cette démarche nécessite l’appui de la Fédération des producteurs de lait du Québec puisqu’on doit, parallèlement au développement du marché de l’exportation, satisfaire pleinement les besoins canadiens et préserver notre système de gestion de l’offre. »

Les dirigeants d’Agropur sont prêts à donner suite à la solution coopérative en matière d’exportation aussitôt le feu vert obtenu des autorités.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des Producteurs de Lait du Québec

http://www.lait.org

Commentaires