Aucun virus de souche asiatique H5N1 décelé au Québec

Québec (Québec), 28 novembre 2006 – Les résultats de la surveillance intégrée de l’influenza aviaire du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) indiquent qu’aucune souche asiatique H5N1 hautement pathogène n’a été détectée chez les oiseaux sauvages et d’élevage au Québec.

Le Programme québécois de surveillance des mortalités d’oiseaux sauvages et domestiques, qui a pour objet notamment de réunir les données relatives aux mortalités d’oiseaux signalées par la population, a permis jusqu’à présent la récolte de 500 carcasses d’oiseaux par les agents de protection de la faune du ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Les analyses de ces carcasses se sont révélées négatives pour ce qui est de la présence de la souche asiatique H5N1 hautement pathogène de l’influenza aviaire.

Le MAPAQ tient à remercier les citoyennes et les citoyens qui ont participé à ce programme et rappelle que la veille se poursuit malgré l’arrivée du temps froid. La population est donc invitée à continuer de signaler toute mortalité d’oiseau sauvage ou domestique en communiquant avec la centrale de signalement du MAPAQ. Étant donné que la période des grandes migrations d’oiseaux sauvages est terminée, la centrale de signalement est maintenant accessible du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30, en composant le numéro de Services Québec, soit 1 800 363-1363.

Par ailleurs, la conduite en 2006 de l’Enquête canadienne interagences sur l’influenza aviaire chez les oiseaux sauvages vivants et en santé a permis l’analyse de 1 925 échantillons provenant du Québec. Les résultats de ces analyses se sont tous révélés négatifs au regard de la souche asiatique H5N1 hautement pathogène de l’influenza aviaire. Seuls les sous-types H5N2 et H5N6 ont été détectés chez de jeunes canards colverts en santé du lac Saint-Pierre. Ces deux sous-types sont de souche nord-américaine et faiblement pathogènes. Leur présence ne constitue pas un risque additionnel pour la population ni pour les oiseaux sauvages ou d’élevage. Rappelons que cette enquête est coordonnée par le Centre canadien coopératif de la santé de la faune (CCCSF) et réalisée en collaboration avec le Service canadien de la faune (SCF) et le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS) qui est situé à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

Les personnes désireuses de connaître les résultats détaillés de la surveillance intégrée de l’influenza aviaire au Québec peuvent consulter le site Internet du MAPAQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal
http://www.medvet.umontreal.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires