Bilan de la saison de maïs en Ontario

L’Ontario a connu une saison de maïs remplie d’émotion, comme au Québec! En fin de compte, les rendements sont au rendez-vous, avec une moyenne de 10,1 t/ha.

« La saison de culture du maïs 2011 a connu un peu de tout : du très laid, du mauvais et de l’excellent! », s’exclame Greg Stewart, expert en maïs au ministère de l’Agriculture de l’Ontario (MAAARO). Voici le bilan qu’il dresse de la saison qui vient de se terminer.

Les rendements se sont avérés étonnamment bons. À ce jour, 50% des rendements ont été rapportés à Agricorp, l’agence ontarienne qui administre les programmes gouvernementaux de gestion de risque. La moyenne s’établit à 161 boisseaux à l’hectare (10,1 t/ha). C’est plus élevé que la moyenne des cinq dernières années, qui s’établit à 149,1 boisseaux à l’hectare.

Du grain a été récolté sur environ 749 000 ha. Avec un cumul des unités thermiques légèrement supérieur à la moyenne des 30 dernières années et les bonnes conditions de récolte de l’automne, pratiquement toute la récolte de maïs en Ontario a pu être complétée avant le 15 décembre.

Saison éprouvante
Le mois d’avril a été anormalement frais et humide, ne laissant à peu près aucune chance d’entrer au champ pour semer. La première fenêtre pour les semis a été du 8 au 13 mai. On estime que 60 % du maïs a été semé à ce moment.

La pluie en mai a été plus abondante que les moyennes saisonnières dans la plupart des régions de la province. Il s’est avéré très difficile de semer après le 13 mai. D’importantes superficies de maïs ont été semées dans les deux premières semaines de juin.

En juillet, dans plusieurs régions, il a très peu plu. Les deux dernières semaines de juillet ont été particulièrement chaudes et sèches, ce qui coïncidait avec la pollinisation pour le maïs semé tôt. Cependant, la majorité des superficies a pu recevoir de la pluie au début d’août, à temps pour que des épis complets se forment.

D’excellentes conditions en août et septembre ont donné des grains plus gros que la moyenne, ce qui s’est traduit dans plusieurs cas par des rendements supérieurs à la moyenne.

Dans la plupart des régions, le gel mortel n’a pas frappé avant que le mois d’octobre ne soit bien avancé. Ceci a permis au maïs semé en juin d’être récolté à des taux d’humidité acceptables (22 à 26 %).

Il y a eu très peu de maladie des feuilles et de la tige en 2011 en Ontario. Par contre, la moisissure a été plus présente que d’habitude. Des problèmes de vomitoxine dans le grain de 2011 affectent la qualité du produit dans certaines régions de la province.

Le ver-gris occidental du haricot a continué à élargir son habitat en Ontario. La moyenne des captures par piège en 2011 a presque triplé celle de 2010. Le seuil d’intervention a été atteint et des interventions ont eu lieu dans secteurs isolés des comtés de Chatham-Kent, Lambton, Middlesex, Norfolk et Elgin. Dans les endroits où des oeufs et des larves étaient présents et qu’ils ont endommagé les plants en se nourrissant, les pertes de rendements sont estimées à 3,4 %.

Source : MAAARO

Commentaires