CAAAQ : Des recommendations intéressantes mais qui seront sans effet à court terme selon Maxime Arseneau

Québec (Québec), 12 février 2008 – Le député des Iles-de-la-Madeleine etporte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture, Maxime Arseneau, a réagi au dévoilement du rapport fait par les commissaires de la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois et présidée par Jean Pronovost.

« C’est un travail considérable fait par l’équipe de M. Pronovost et avec lequel nous partageons la vision. Les recommandations sont pour la plupart intéressantes. Toutefois, elles n’auront aucun effet à court terme. Le problème le plus criant des agriculteurs au Québec, c’est le revenu net de leur ferme qui fléchit constamment », a déclaré M. Arseneau.

Le Parti Québécois partage certains aspects du rapport, qu’il s’agisse dela souveraineté alimentaire pour nourrir les Québécois, d’une agriculturemultifonctionnelle, plurielle et durable ou de l’intérêt à développer le pleinpotentiel de notre agriculture. Le Parti Québécois fait siens aussi deséléments de diagnostics de base, à savoir que le Québec a un système agricolecohérent dont les principaux éléments sont solides avec la gestion de l’offre,un système de soutien des revenus, une loi pour la protection du territoireagricole et une loi sur la mise en marché collective. Le Parti Québécoisestime aussi qu’il faut faire de la place aux jeunes et développer uneagriculture à temps partiel.

« Nous sommes d’accord avec le constat fait par la commission Pronovost àl’effet que le programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles(ASRA) ne remplit pas correctement son rôle. Ca n’a pas de sens que leprogramme, selon le coût de production, soit plus chiche pour les petitsagriculteurs et plus généreux pour les plus gros », a soutenu M. Arseneau.

« Il est cependant désolant que la commission ne fasse pas derecommandations pressantes sur le maintien et l’avenir de la Financièreagricole du Québec. Par ailleurs, il serait absolument inacceptable, voireirresponsable, que le gouvernement du Québec entérine la recommandation des’en remettre entièrement au fédéral pour assurer la stabilisation des revenussans questionner l’approche du cadre stratégique agricole. Le Québec ne reçoitque 9 % des dépenses fédérales en agriculture. S’en remettre au fédéral, quin’a jamais fait sa juste part envers le Québec, serait indécent», a martelé leporte-parole du Parti Québécois.

Le Parti Québécois craint aussi qu’avant de bénéficier de l’oxygène queveut donner le rapport de la commission Pronovost, le patient meurt au bout deson sang dans la chicane. «En recommandant la pluralité syndicale, le rapportPronovost va détourner le débat inutilement. Il n’y a pas lieu de jouer dansles structures. Il faut plutôt se retrousser les manches collectivement et semettre à l’action », a conclu Maxime Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Parti québécois
http://partiquebecois.org/

Commentaires