CAAAQ : Le mouvement coopératif et mutualiste québécois sonne l’alarme

Québec (Québec), 30 août 2007 – « Le mouvement coopératif et mutualiste québécois propose la création de Filières de solidarité coop en agriculture. Cette alternative permettrait d’assurer le maintien et le développement de coopératives agricoles au Québec », a soutenu Hélène Simard,présidente-directrice générale du Conseil québécois de la coopération et de lamutualité lors de la présentation du mémoire dans le cadre des audiences de laCommission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois.

Au Québec les grandes coopératives agricoles, dans l’ensemble de leursfilières, représentent un chiffre d’affaires de près de 5,6 milliards $, avec17 287 emplois directs excluant les producteurs agricoles. Nous savonségalement que deux producteurs agricoles sur trois sont membres d’unecoopérative.

Quel est le problème?
Actuellement, la Loi sur la mise en marché des produits agricoles,alimentaires et de la pêche oblige le producteur à vendre ses produits àl’office ou l’organisme désigné. Dans un tel cadre législatif, il estimpossible pour les coopératives de maintenir leur lien d’usage avec leursmembres producteurs. Ceci crée une fissure entre le membre et sa coopérativefaisant en sorte que les producteurs agricoles se sont vu désapproprier deleur entreprise.

« Le défi de la coopérative tient à sa capacité de créer une véritablecohésion entre les membres fondée sur la solidarité. Et cette force desolidarité sera d’autant plus importante que le nombre de membres”volontaires” sera élevé. Le lien d’usage a donc deux faces. Il est à la foisun lien de propriété qui donne aux membres le droit d’orienter leur entreprisede façon démocratique. Il est aussi un lien de solidarité où les membres etleur entreprise constituent une seule entité pour être en mesure de répondreaux besoins de transformation et de mise en marché de leur production. Pour yparvenir, il est essentiel que les membres puissent approvisionner directementleur coopérative, ce qui n’est pas possible actuellement », a renchéri MmeSimard.

La solution : la création de Filières de solidarité coop
Pour assurer et réhabiliter le lien d’usage du producteur agricole à sacoopérative, le Conseil recommande que le gouvernement reconnaisse lacoopérative comme une seule et unique entité entrepreneuriale, propriétécollective de l’ensemble des producteurs agricoles qui sont membres usagers.Cette reconnaissance pourrait se traduire par des changements dans la Loi surla mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêcheautorisant la création des Filières de solidarité coop.

Le modèle coopératif de développement de l’agriculture est marquéhistoriquement par sa capacité à intégrer l’ensemble des activités agricolesqui constituent les chaînons de la production. Production, transformation,mise en marché, approvisionnement ont été développés et intégrés grâce à laformule coopérative qui fait des producteurs membres des propriétaires del’entreprise coopérative.

Il est important de rappeler que pour 1 $ investi dans l’agriculture, lesrevenus d’exploitation sont de l’ordre de 9,30 $ alors que 1 $ investi dans latransformation génère 47,90 $(1) de revenus. Il est donc impératif pour ledéveloppement des coopératives agricoles et pour le développement des régionsdu Québec de prioriser en entier la filière de production et de s’assurer demettre en place les conditions favorables pour le faire.

Rappelons que le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité apour mission de représenter le mouvement coopératif et mutualiste, de défendreles intérêts de ses membres et de travailler à l’amélioration des conditionsde développement coopératif. Il regroupe l’ensemble des organisationscoopératives sectorielles et régionales du Québec qui compte plus de 3 200coopératives et 39 mutuelles. Ces entreprises procurent de l’emploi à plus de81 000 personnes, regroupent plus de 7 millions de membres, génèrent plus de20 G $ de chiffres d’affaires et possèdent des actifs évalués à près de150 G $.

(1) MAPAQ, 2006. L’activité bioalimentaire au Québec. Bilan 2005.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Commentaires