CAAAQ : Quatre ordres professionnels réclament un nouveau mode de gouvernance

Montréal (Québec), 31 août 2007 – Préoccupés par la sécuritéalimentaire, la salubrité et l’innocuité des aliments, quatre ordresprofessionnels du secteur agroalimentaire, soit l’Ordre des agronomes du Québec, l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, l’Ordre des chimistes du Québec et l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, réclament un nouveau mode de gouvernance dans le secteur agroalimentaire afin d’atteindre l’objectif de prévention en matière de santé publique. Dans un mémoireconjoint qui sera présenté aujourd’hui devant la Commission sur l’avenir del’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ), ces quatre ordres,qui regroupent quelque 10 000 professionnels, remettent en question lagouvernance actuelle du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et del’Alimentation du Québec (MAPAQ), dont la vocation prioritairement économiquese heurte régulièrement à sa mission en santé publique en lien avec lasécurité alimentaire et la qualité des aliments. Les ordres demandent donc augouvernement du Québec de mettre en place une agence indépendante ou unestructure distincte relevant de l’autorité conjointe du MAPAQ et du ministèrede la Santé et des Services sociaux qui intégrerait tous les volets liés à laprévention et à la qualité des aliments en lieu et place des gestionsparallèles actuellement sous l’égide des deux ministères. « Les activitésagricoles et agroalimentaires doivent assurer, en tout premier lieu, laproduction d’aliments sains et s’inscrire dorénavant dans une optique de santéagroalimentaire, un concept qui réfère à la fois à la santé végétale, animale,environnementale, économique et humaine, et qui appelle à la mobilisation desforces », indique le porte-parole du groupe, M. Conrad Bernier, agr., présidentde l’Ordre des agronomes du Québec. Soulignant l’importance de veiller à laqualité des aliments à chacune des étapes de la chaîne agroalimentaire quesont la production, la transformation, la distribution et la consommation, lesquatre ordres insistent sur la nécessité pour les professionnels concernés, etleur ordre respectif, de travailler en étroite collaboration pour assurer uneoffre alimentaire de qualité, répondant notamment à des critères de santépublique, et disponible au plus grand nombre.

L’expertise des professionnels au service de la société
Rappelant que l’expertise de leurs membres peut être avantageusement miseà profit par l’Etat, les ordres concernés suggèrent de renforcer lacollaboration avec le gouvernement par la mise sur pied d’un groupeconsultatif stable formé de professionnels dédiés aux questions relevant del’agriculture et de l’agroalimentaire. Un tel comité aurait pour mandat demettre en commun le savoir et les compétences des professionnels reliés auxdifférentes étapes de la chaîne agroalimentaire, d’agir en tant que sourcecrédible et neutre d’information, d’aviser et de conseiller le gouvernementsur les orientations du secteur et d’assurer la cohérence et la coordinationdes actions réalisées dans chaque maillon de la chaîne agroalimentaire.

Enfin, les ordres demandent à l’Etat d’appuyer ses politiques enagriculture et en agroalimentaire sur le principe de réciprocité. Ainsi, dansla mesure où des règles de conduite en matière de qualité des aliments etd’agriculture durable sont imposées au secteur agricole québécois, il fautégalement en exiger la contrepartie aux autres. Dans le cas contraire, c’estnon seulement l’autonomie alimentaire des québécois qui risque de s’en trouvercompromise, mais également leur santé.

Une approche professionnelle intégrée, multidisciplinaire et préventive
Le mémoire conjoint présenté par les quatre ordres professionnelscontient également des exemples concrets venant appuyer les recommandationsformulées par le groupe. Intitulé « Une approche professionnelle intégrée,multidisciplinaire et préventive à privilégier pour les secteurs agricole etagroalimentaire », ce mémoire sera disponible sur les sites respectifs desordres concernés. Il est à noter que l’Ordre des agronomes du Québec ainsi quel’Ordre des médecins vétérinaires du Québec ont déjà présenté un mémoireindividuel devant la Commission le 27 août dernier alors que l’Ordreprofessionnel des diététistes du Québec présentera son mémoire, le 6 septembreprochain à Montréal.

L’Ordre des agronomes du Québec, l’Ordre des médecins vétérinaires duQuébec, l’Ordre des chimistes du Québec et l’Ordre professionnel desdiététistes du Québec sont des ordres professionnels régis par le Code desprofessions. A ce titre, ils ont pour mandat d’assurer la protection du publicen garantissant la qualité des services professionnels offerts dans leur champd’expertise respectif et la responsabilité de mettre l’expertise de leurprofession au service de la société. C’est dans cet esprit, et en tenantcompte de leur responsabilité face à la santé publique, que ces quatre ordresprofessionnels ont rédigé le mémoire conjoint présenté devant la Commissionsur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire québécois (CAAAQ)
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/

Ordre des agronomes du Québec
http://www.oaq.qc.ca/

Ordre des médecins vétérinaires (OMVQ)
http://www.omvq.qc.ca/

Ordre professionnel des diététistes du Québec
http://www.opdq.org/

Commentaires