Campagne publicitaire contre le blé OGM

Regina (Saskatchewan), 22 mars 2004 – Greenpeace, le National Farmers Union (NFU), le Saskatchewan Organic Directorate (SOD) et le Canadian Organic Growers (COG) ont lancé une campagne de publicité dans le but est de mettre fin au projet de commercialisation du blé OGM de Monsanto (blé OGM Roundup Ready). Les groupes ont dénoncé la décision du Western Producer de ne pas publier cette publicité.

La publicité contre le blé OGM se lit comme suit : « la plus grande menace pour les producteurs de blé n’est ni la grêle ni la sécheresse, mais le blé Roundup Ready? Wheat ». La publicité demande aux agriculteurs de contacter le ministre des Finances, Ralph Goodale (député de la Saskatchewan), et le ministre Reg Alcock, responsable de la Commission canadienne du blé, pour manifester leur opposition au blé OGM. La publicité est publiée aujourd’hui dans le Ottawa Hill Times ainsi que dans le Farmers Independent Weekly. Et, le jeudi, elle paraîtra dans le Saskatoon Star Phoenix et dans un encart dans le Regina Leader Post. Le Western Producer, le journal agricole à plus fort tirage dans l’Ouest canadien, a pour sa part refusé de publier cette publicité.

« Puisque Monsanto a clairement indiqué qu’elle ne reculerait pas sur son projet de commercialiser le blé OGM, nous croyons que c’est au gouvernement fédéral de le rejeter », déclare Pat Venditti, responsable de campagne pour Greenpeace. « La décision du gouvernement fédéral de ne pas rejeter le blé OGM, met en péril l’économie et l’environnement. Nous sommes déçus que le Western Producer refuse de publier notre publicité considérant l’importance de cette question pour les agriculteurs. »

« La National Farmers Union est très préoccupé par la commercialisation du blé OGM et l’impact qu’elle aura sur les producteurs », affirme Darrin Qualman, directeur de recherche pour la National Farmers Union. « Nous espérons que cette publicité va encourager les agriculteurs à mettre de la pression sur le gouvernement durant la campagne électorale. Les agriculteurs doivent clairement se prononcer contre le blé OGM. »

Greenpeace, la NFU, le SOD et les COG ne sont pas les seuls préoccupés. Jeudi dernier, la Commission canadienne du blé a rendu publique un sondage qui révèle que 87 % des clients qui achètent du blé, exigent désormais des garanties qu’il ne s’agit pas de blé OGM. De plus, un sondage mené par Decima, pour le compte de Greenpeace (en mars 2003), montrait que 60 % des Canadiens n’achèteraient pas de produits faits à partir de blé OGM.

« Le gouvernement parle beaucoup de protéger les agriculteurs sans vraiment agir en conséquence », de conclure Arnold Taylor du Saskatchewan Organic Directorate. « On devrait dire non au blé OGM et c’est le but de cette campagne publicitaire. Si, les libéraux veulent avoir l’appui de l’Ouest, ils doivent dire non au blé OGM Roundup Ready. »

« Les cultures OGM, comme le blé Roundup Ready, sont une véritable menace pour la survie des producteurs biologiques », affirme Barb Bell des Canadian Organic Growers. « Nous disons NON au blé OGM ».

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Canadian Organic Growers
http://www.cog.ca/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

National Farmers Union
http://www.nfu.org.uk/

Saskatchewan Organic Directorate
http://www.saskorganic.com/

Commentaires