Cent soixante-six nouveaux producteurs de sirop d’érable

Longueuil (Québec), 6 mars 2008 – Cent soixante-six. Voilà le nombre de nouveaux producteurs acéricoles qui se partageront la production de 1,2 million de livres de sirop d’érable pour contribuer à augmenter l’offre, à renflouer les réserves et à répondre à la croissance des marchés. Le29 février dernier, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ)a procédé à un tirage au sort pour allouer ces contingents de production quireprésenteront 481 009 entailles. Cette production supplémentaire, quiavantagera à la fois l’économie acéricole et les régions concernées,représente un chiffre d’affaires annuel de près de 2,6 millions de dollarspour les exploitations et des investissements d’environ 15 millions dedollars.

C’est à la suite d’une demande de la FPAQ que la Régie des marchésagricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ) a accepté, en octobre 2007,d’augmenter les quotas de production de sirop d’érable. Ce tirage au sort aété mis sur pied en raison du nombre de demandes des entreprises, supérieur aucontingentement disponible. Sur les 241 demandes admissibles, les 166 projetspigés pourront servir à se lancer en affaires dans cette industrie, à assurerla relève de l’entreprise familiale ou à consolider les revenus d’uneexploitation agricole. Cette démarche assure donc une croissance à long termede la production de sirop d’érable.

Des projets qui profiteront à toutes les régionsLa taille limite des projets avait été fixée d’avance à 25 000 entailles.Les volumes se répartissaient de la façon suivante : 82 % pour les terresprivées et 18 % pour les terres publiques. Après le tirage, le contingentmoyen est de 2 898 entailles. Le revenu moyen par entreprise se chiffre autourde 14 400 $. Rappelons qu’une entaille produit 2,25 livres de contingent(2,5 livres de contingent intérimaire à 90 %) et que le prix moyen pondérépeut être évalué à 2,21 $ la livre.

Avant le tirage, la région de la Beauce représentait à elle seule letiers des demandes, soit 81 des 241. Après le tirage, elle présentesensiblement le même ratio, en ayant remporté 63 des 166 dossiers pigés. Sonnombre total d’entailles est de 134 653, notamment à cause de 17 projets depetite taille (moins de 1 000 entailles). C’est de cette région que provientl’entreprise qui réalisera le plus gros projet (24 999 entailles) de même quele plus petit (296 entailles).

La région de Québec a été la deuxième région à avoir remporté le plus deprojets, soit 30, pour un total de 71 428 entailles. La région duBas-Saint-Laurent – Gaspésie a vu ses trois projets mixtes pigés, consistanten l’exploitation de terres publiques et privées, en plus de neuf projets surterres privées et de deux projets sur terres publiques. Cette région était laseule à proposer l’exploitation de terres mixtes.

L’Estrie affiche la plus haute moyenne d’entailles par projet, soit 6 351(101 620 entailles pour 16 projets). Lanaudière est la seule région à avoirremporté tous les projets qu’elle a soumis (sept) : elle obtient près de15 000 nouvelles entailles.

Les deux tiers des projets proposés pour les régions du Centre-du-Québec,de la Côte-du-Sud et de Saint-Hyacinthe ont été pigés. La région del’Outaouais – Laurentides a obtenu autant de projets sur des terres privéesque publiques, et son nombre total d’entailles s’élève à 23 000 entailles. Lesrégions de Saint-Jean – Valleyfield et de la Mauricie ont aussi eu droit àleur part du gâteau et ont obtenu deux nouveaux projets.

Une politique de croissance débutée en 2007
La politique de croissance a débuté avec la hausse du facteur decontingentement, passant de 75 % à 90 % chez tous les producteurs québécois,ce qui représente une augmentation potentielle de production de 13 millions delivres de sirop d’érable pour le printemps 2008.

Ensuite, la possibilité de produire 10,5 millions de livres de sirop aété offerte aux producteurs, tant pour le démarrage d’une nouvelle entrepriseque pour la modernisation d’installations ou l’agrandissement d’entreprisesexistantes, ou pour permettre à des entreprises dites « mal habillées » deproduire à leur juste valeur. En contrepartie, les producteurs devrontobligatoirement produire une moyenne de 85 % de leur contingent sur unepériode de cinq ans. Globalement, c’est 34 % de plus que les acériculteurspourront produire à compter de la prochaine récolte (possibilité de produire92,9 millions de livres par rapport à 69,6 millions de livres auparavant).

Cette vague d’augmentation des contingents est nécessaire pour répondre àla demande croissante des marchés, notamment pour regarnir les réserves desirop d’érable qui sont à leur plus bas niveau depuis des années, en raison dela mauvaise température des deux dernières années et l’augmentation constantedes ventes de sirop d’érable sur les marchés québécois et étrangers.

Une excellente nouvelle pour le secteur acéricole
Le président de la FPAQ, M. Serge Beaulieu, se réjouit de la situation :« La Fédération des producteurs acéricoles du Québec est fière des retombées deses efforts sur le dynamisme de l’industrie acéricole. Nous sommes heureuxd’accueillir 166 nouveaux producteurs qui pourront, eux aussi, prendre part àla croissance du secteur acéricole. En recevant un contingent, ellesinvestiront en toute confiance dans un secteur bien organisé, dont lesconditions de mise en marché sont stables et où la demande est grandissante.C’est une excellente nouvelle pour tous ».

A propos de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec
Fondée en 1966, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec a pourmission de développer les intérêts économiques, sociaux et moraux de ses7 300 entreprises acéricoles membres. Elle représente des hommes et des femmesqui ont choisi de travailler ensemble, en privilégiant la mise en marchécollective de leur produit. Grâce à la qualité de leur travail, le Québecaffiche aujourd’hui près de 80 % de la production mondiale de sirop d’érable.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs acéricoles du Québec
http://www.siropderable.ca

Commentaires