Certification environnementale : la Montérégie partie prenante d’une entente de 1,15 million $

Québec (Québec), 10 décembre 2001 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, a annoncé une contribution de 820 000 $ du gouvernement du Québec pour l’« Entente spécifique sur l’implantation d’un système de gestion environnementale en milieu agricole ».

Cette entente spécifique découle d’un accord intervenu entre le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, le ministère de l’Environnement, le ministère des Régions, l’Union des producteurs agricoles (UPA) ainsi que les Conseils régionaux de développement (CRD) de l’Estrie, de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de la Chaudière-Appalaches, et le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie (CREE).

L’entente a pour objet l’implantation complète d’un système de gestion environnementale (SGE) pour les petites et grandes entreprises agricoles. Son élaboration et sa mise en place ont été confiées au CREE. Cet organisme a déjà à son actif la certification ISO 14001 de la première ferme laitière en Amérique du Nord.

Le CREE adaptera un modèle de certification auprès de 76 fermes, dont 11 de la Montérégie, pour le rendre accessible d’ici 2005 à l’ensemble des producteurs et productrices agricoles. Le modèle comportera trois niveaux successifs de certification, le dernier correspondant à l’obtention de la certification ISO 14001, déjà reconnue mondialement.

La contribution financière gouvernementale est répartie entre le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (321 500 $), le ministère de l’Environnement (321 500 $) et les quatre CRD (175 000 $). Avec une contribution financière de 30 000 $, le CRD de la Montérégie est un partenaire privilégié dans la réalisation de cette entente.

M. Arseneau a insisté sur l’importance que revêt la certification environnementale en soulignant que « les participants au Rendez-vous de mi-parcours du Forum sur l’agriculture et l’agroalimentaire québécois ont convenu d’accentuer le développement de la certification environnementale afin de la rendre accessible dès 2005 à l’ensemble des entreprises agricoles. Voilà un projet mobilisateur qui traduit concrètement ce consensus ».

« La Montérégie et ses producteurs et productrices agricoles sont au cœur du dynamisme de l’agriculture québécoise, et leur participation au développement de la certification environnementale à la ferme démontre leur volonté d’accentuer le virage vert qu’ils ont déjà amorcé », a tenu à préciser la vice-première ministre, ministre d’État à l’Économie et aux Finances et ministre responsable de la région de la Montérégie, Mme Pauline Marois.

« Les ententes spécifiques se veulent la clé de voûte des rapports qu’entretiennent le gouvernement et les régions du Québec. Elles s’inscrivent dans une démarche concertée de développement du territoire », a souligné le ministre d’État aux Régions et ministre de l’Industrie et du Commerce, M. Gilles Baril.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Ministère des régions

http://www.sdr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires