Coronavirus: des conséquences pour l’agriculture

La crainte d’une récession ou du moins d’un ralentissement économique a passé une autre étape cette semaine avec la chute marqué des indices boursiers et du pétrole qui reflètent le sentiment d’inquiétude quant à l’état de l’économie globale face aux effets du coronavirus.

La ministre d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, Marie-Claude Bibeau, a fait savoir mardi que des impacts devaient être prévus pour des secteurs agricoles en raison d’une baisse de la demande.

Financement agricole Canada a revu son scénario économique pour l’année en réaction au COVID-19. Pour Sébastien Pouliot, économiste agricole principal,  “des entreprises canadiennes subissent déjà les contrecoups parce que les échanges commerciaux avec des pays touchés comme la Chine ont ralenti”.

Parmi les signes qui ne trompent pas, “les prix des produits agricoles suivent une tendance à la baisse depuis le début de l’année, et certains prix sont en chute libre ces derniers temps en raison des craintes d’une diminution de la demande, au Canada comme à l’étranger”, ajoute l’économiste qui cite en exemple les prix des bovins gras qui ont reculé de plus de 10 % au cours des deux dernières semaines. Le département américain a l’agriculture a d’ailleurs réduit ses prévisions annuelles pour les prix du porc, du bœuf et du lait.

Prix des bovins gras en déclin sur les marchés à terme Source: FAC

Le dollar canadien est passé de 0,76 $US à la fin février à environ 0,72 $US. La Banque du Canada a agit la semaine dernière pour réduire les taux d’intérêt et plusieurs analystes pensent qu’elle pourrait encore réduire ses taux prochainement. L’économie canadienne pourrait connaitre un épisode négatif pour le PIB du premier trimestre 2020.

Le ministre des Finances Bill Morneau pourrait intervenir cette semaine avec des mesures ciblées pour soutenir les secteurs économiques les plus touchés. “Il y a des secteurs de notre économie qui vont traverser de vrais défis à cause des changements en ce moment … et nous allons voir comment nous pouvons nous assurer que nous gérons ces défis de manière appropriée.”

Pour le président de la Chambre du commerce du Canada,  Trevin Stratton, tout crédit d’impôt et toute extension de déclaration de revenus pour les entreprises concernées pourraient aider les entreprises à traverser cette tempête économique puisque ces mesures leur offrirait une aide à court terme sur les flux de trésorerie.

Mme Bibeau a déjà fait part de ses inquiétudes pour le secteur agricole, tout en mentionnant les conséquences qui pourraient être graves pour les travailleurs agricoles touchés.

Stéphane Pouliot croit pour sa part que “la crainte provoque la plupart des impacts économiques négatifs. Si l’on parvient à juguler les éclosions de COVID-19, les marchés pourraient rebondir rapidement. À l’inverse, si le virus continue de se propager, le monde risque de plonger dans une récession”.

Commentaires