Crise de la crevette : « Le Gouvernement doit cesser de tergiverser »

Québec (Québec), 24 mars 2006 – Le député des Iles-de-la-Madeleine et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture, de pêcheries et d’alimentation, Maxime Arseneau, dénonce le peu d’empressement du gouvernement Charest à agir pour dénouer la crise de la crevette qui perdure depuis plus d’un an maintenant.

Questionné hier à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Agriculture,des Pêcheries et de l’Alimentation, Yvon Vallières, a reconnu la sévérité dela crise, mais n’annoncera aucune mesure avant quelques semaines. «C’estinacceptable : le ministre devrait saisir l’urgence de la situation etaccélérer la cadence. Nous sommes à quelques jours du début de la saison etl’industrie de la crevette attend depuis de très longs mois des mesuresconcrètes», a déclaré M. Arseneau.

Le porte-parole rappelle que le MAPAQ n’a pas agi l’an dernier poursauver la saison de la pêche à la crevette. L’inaction du gouvernement libérala eu pour conséquence que plus de 6 millions de livres de crevettes n’ont pasété pêchées. «Il faut éviter de répéter ce scénario. Des centaines d’emploissont touchés par la crise de la crevette et le ministre Vallières devrait déjàavoir déposé un plan de relance», a déploré le député des Iles-de-la-Madeleine.

Maxime Arseneau est très déçu de la réponse du ministre Vallières quirefuse d’étendre les mesures qu’il annoncera à l’industrie de la crevette auxautres secteurs de l’industrie québécoise des pêches. L’industrie du crabe desneiges traverse aussi une période difficile, comme en témoigne la fermeture,cette semaine, de l’usine de Port-Daniel-Gascons en Gaspésie, entraînant laperte de plus de 200 emplois.

« Yvon Vallières devrait prendre conscience que l’ensemble de l’industrieest fragile et que son gouvernement devrait cesser de faire du cas par cas etdéposer sans délai un plan d’ensemble cohérent et structurant pour lespêcheries maritimes du Québec. On peut d’ailleurs se questionner sur la réellevolonté du gouvernement libéral de relancer le secteur de la pêche au Québecquand on constate que le budget présenté hier pour l’année qui vient n’afficheaucune augmentation pour ce poste», a conclu Maxime Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Parti québécois
http://partiquebecois.org/

Commentaires