Côte-Nord : Assurance récolte pour le foin : 33 000 $ aux assurés

Lévis (Québec), 10 février 2009 – Pour l’année d’assurance 2008, La Financière agricole a versé 33 000 $ à 13 producteurs de la région assurés au Programme d’assurance récolte pour le foin. Au total, dans l’ensemble des régions du Québec, près de 6 000 assurés ont reçu plus de 32 M$ par l’intermédiaire de ce programme.

La Financière agricole offre, pour la culture du foin, une protection collective contre les pertes de rendement dues à des phénomènes climatiques incontrôlables. Depuis 2007, l’évaluation de la production de foin est basée sur l’approche par dérivés climatiques. Cette approche s’appuie sur le fait qu’il existe une relation étroite entre le climat, le rendement et la qualité de la récolte du foin. Elle permet d’évaluer, à partir de données climatiques, les pertes moyennes des récoltes du territoire d’une station météo et ce, pour l’ensemble du territoire agricole québécois.

Cette méthode, qui a été introduite afin de répondre aux besoins exprimés par le milieu agricole, permet une évaluation plus précise des pertes par le fractionnement accru du territoire agricole. Ainsi, pour recueillir les données climatiques qui ont servi à estimer les rendements de foin 2008, un réseau composé de 256 stations météo couvre l’ensemble du territoire agricole, comparativement à 125 zones géographiques avant l’implantation de la méthode.

Les données climatiques recueillies quotidiennement dans les stations météo de la région de même que les observations sur l’état des cultures ont permis de faire le bilan des conditions climatiques de la dernière saison de la Côte-Nord. À cet égard, malgré des conditions hivernales qui ont favorisé la survie des prairies à l’hiver, les conditions climatiques qui ont suivi n’ont pas été favorables à la récolte du foin en 2008. Le temps froid du printemps a retardé le développement des plantes fourragères. Par la suite, les pluies fréquentes de la mi-juin à la mi-août ont compliqué et retardé la récolte de la première fauche de foin, ce qui a occasionné des pertes de qualité. La période de récolte de la première fauche ayant été plus longue que la normale, cela a eu pour effet de diminuer la période de croissance du foin de la deuxième fauche. Somme toute, à des niveaux variables selon la localisation géographique, le rendement global a été autour de la moyenne, mais la qualité du foin a été inférieure.

D’autre part, il importe de rappeler que :

  • Le Programme d’assurance récolte pour le foin est une protection collective. C’est donc dire que les taux de perte moyens sont appliqués à chacun des assurés d’un même territoire de station météo, peu importe les dommages individuels.
  • Il est normal d’observer une certaine variabilité quant à la quantité et à la qualité de la récolte entre les assurés d’un même territoire. Cette variabilité peut notamment dépendre de la composition botanique des champs, du nombre de coupes et des modes de gestion de l’entreprise.
  • L’entreprise agricole assurée doit assumer une franchise pouvant varier de 10 à 30 % de la valeur de la production, selon l’option de couverture.

Avec un encours de prêts qui atteint 4,3 milliards de dollars et des valeurs assurées qui s’élèvent à plus de 4,6 milliards de dollars, La Financière agricole joue un rôle de premier plan dans le développement du secteur agricole et agroalimentaire québécois. Pour assurer la stabilité économique et financière des entreprises, elle met à leur disposition des produits et des services de qualité en matière de protection du revenu et d’assurance agricole, de capital de risque, ainsi que de financement agricole et forestier. Pour ce faire, elle compte sur une équipe multidisciplinaire qui oeuvre dans un réseau de centres et de comptoirs de services répartis sur l’ensemble du territoire québécois.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Commentaires