Danemark : le Roundup polluerait les eaux souterraines

France, 22 mai 2003 – L’herbicide le plus populaire du Danemark, le Roundup, polluerait les eaux souterraines de ce pays bien plus qu’on ne le pensait auparavant, selon une étude danoise.

Dans ce pays l’agriculture utilise 800 tonnes de glyphosate ( principe actif d’herbicides comme le roundup ou le touchdown) par an . Contrairement à ce qui avait pu être annoncé auparavant, une étude annonce que le glyphosate s’infiltrerait dans le sol et polluerait les eaux souterraines à des concentrations jusqu’à 5 fois supérieures à la concentration maximale admissible pour les eaux de boissons ( on en a retrouvé jusqu’à 0,54 microgrammes par litre d’eau). Ceci vient d’être mis en évidence par des tests réalisés par l’Institut de Recherche Géologique du Danemark et du Groënland [1]. Ce fait serait en contradiction avec les théories du fabricant qui prétend que les bactéries du sol dégradent le glyphosate complètement et rapidement, avant qu’il n’ait le temps d’atteindre les nappes d’eaux souterraines. D’après le Professeur Mogens Henze, Chef de l’Institut pour l’Environnement et les Ressources de l’Université Technique du Danemark : .malheureusement, on ne voit que la partie immergée de l’Iceberg car de nombreux autres produits chimiques sont en train de descendre dans le sol ! » La consommation de glyphosate a doublé dans ce pays au court des 5 dernières années A la suite de cette étude de l’Institut de Recherche Géologique du Danemark et du Groënland , le Ministre de l’Environnement Danois, Hans Christian Schmid, envisage de faire quelque chose au sujet de l’utilisation du glyphosate au Danemark. « Il n’est tout simplement pas acceptable qu’on retrouve cette substance à des concentrations aussi élevées dans nos eaux souterraines » a -t’il déclaré.

Nous rappelons pour mémoire que l’IFEN avait déjà mis en évidence en France la présence de glyphosate dans plus de 80% des échantillons d’eau de surface analysés pour son bilan des eaux 1997/1998[2]. A la lumière des résultats de cette étude danoise, le Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures demande que le glyphosate soit systématiquement recherché dans les analyses d’eau souterraines en France, ce qui n’est pas le cas actuellement. Une telle généralisation devrait permettre de faire un état des lieux solide d’une éventuelle pollution des eaux souterraines françaises par le glyphosate. Le MDRGF rappelle son soutien à la proposition du réseau PAN Europe, auquel il appartient, de Directive Européenne pour la réduction de l’utilisation des pesticides[3]. Il rappelle également son opposition à la culture de plantes OGM . Imaginez juste ce que serait la consommation de glyphosate, et donc les problèmes de pollutions éventuellement liés, si la culture d’OGM en plein champ résistants au Round Up était autorisée !

Commentaires