Des agriculteurs en colère envahissent la colline parlementaire

Ottawa (Ontario), 29 janvier 2001 – Des agriculteurs ont envahi la colline parlementaire avec leurs tracteurs et leurs moissonneuses-batteuses, lundi, pour tenter de convaincre le gouvernement fédéral de leur venir en aide. Ils affirment que sans cet appui, plusieurs d’entre eux risquent d’être acculés à la faillite et de perdre leur terre.

« Cessons de poser des diachylons sur les problèmes. Mettons de l’avant une politique alimentaire ou agricole nationale pour le Canada et entrons dans le deuxième millénaire », a déclaré un producteur agricole de la Saskatchewan, Bob Thomas.

S’ils n’obtiennent pas satisfaction, les leaders agricoles se promettent de tenir d’autres manifestations et de dresser d’autres barrages routiers, qui sont devenus une tradition estivale dans certaines régions rurales.

Les questions liées à l’agriculture doivent faire partie du Discours du trône qui sera prononcé mardi, a promis le ministre de l’Agriculture, Lyle Vanclief, à l’extérieur des Communes. Mais cela ne signifie pas que toutes les demandes des agriculteurs seront exaucées, a-t-il ajouté.

M. Vanclief a souligné qu’il cherchait à trouver différents moyens de venir en aide aux agriculteurs, précisant qu’il ne pouvait prendre aucun engagement avant d’en avoir discuté avec le cabinet.

Plus de deux ans après qu’Ottawa ait promis d’aider les agriculteurs, moins de la moitié du fonds de secours – de 1,67 milliard $ – en cas de catastrophe a été acheminé vers les producteurs agricoles, affirment les leaders du groupe.

A la mi-janvier, le programme fédéral-provincial d’aide en cas de catastrophe liée au revenu agricole n’avait encore versé que 805 millions $. Le programme, qui a pour but d’aider les agriculteurs dont le revenu a bais par rapport à une moyenne de cinq ans, a été sévèrement critiqué. On lui reproche d’être trop lent et de ne pas cibler ceux qui en ont le plus besoin.

Plus de 20 000 demandes n’ont pas encore été traitées pour 1999.

Ottawa a prévu 1,3 milliard $ au cours des trois prochaines années pour un programme portant sur le revenu agricole. Le ministre Vanclief a promis que l’argent serait entièrement distribué, soulignant que des employés supplémentaires aidaient à traiter les demandes plus rapidement.

En 1998, les prix du porc et des céréales se sont effondrés et les agriculteurs se sont retrouvés avec des revenus considérablement réduits, les plus faibles qu’ils aient connus depuis la Crise. Et la situation ne s’est pas tellement améliorée depuis.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires