Des producteurs plantent du soja transgénique dans le sud du Brésil

Rio de Janeiro (Brésil), 13 mars 2003 – Des paysans du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre (MST) qui ont reçu une terre dans le cadre de la réforme agraire dans l’Etat du Rio Grande do Sul (extrême sud du Brésil) plantent du soja transgénique, rapporte le quotidien de Rio O Globo.

Les graines de soja génétiquement modifiées ont été plantées dans les régions de Alto Uruguai, Celeiro, Produçao et Centro Sul, en infraction à la la loi brésilienne et en contradiction avec la position officielle du MST qui condamne les OGM.

La culture et la commercialisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) est officiellement interdite au Brésil et la législation aujourd’hui en vigueur détermine qu’en cas de saisie, les produits transgéniques doivent être « détruits ». Le 6 mars dernier, le gouvernement de Lula a maintenu l’interdiction des cultures transgéniques au Brésil, second producteur mondial de soja et qui exporte près de 80% de sa production vers l’Europe fermée aux transgéniques.

Un député du Parti des Travailleurs (PT–gauche) de Lula, parti traditionnellement lié au MST, de l’Etat du Rio Grande do Sul, le Frère Jorge Görgen a reconnu que les paysans du MST avaient planté du soja transgénique mais justifié qu’on « leur avait fait croire que c’était plus rentable ».

« J’ai parlé avec beaucoup d’entre eux qui ont refusé de nous écouter. Maintenant ils courrnt le risque de perdre leur production car il n’y a pas de marché comme ils le pensaient », a dit le religieux élu avec le soutien explicite du MST.

L’un des coordinateurs du MST de cet Etat, Paulo da Rosa, a déclaré que c’était « une réalité que l’on ne pouvait omettre ».

Seul l’actuel ministre du Développment Agraire, Miguel Rossetto qui a été vice–gouverneur du Rio Grande so Sul a affirmé « ignorer » les faits.

Dans l’Etat de Rio Grande do Sul (extrême sud) près de 80% de la production de soja de la récolte 2002/03 est transgénique (soit six millions de tonnes sur 49,6 millions prévues dans tout le Brésil), selon le ministre de l’Agriculture, M. Roberto Rodrigues.

L’une des préoccupations du gouvernement Lula est d’écouler ces six millions de tonnes de soja transgénique et d’éviter de les détruire alors que la priorité du gouvernement est l’éradication de la faim avec le programme « Faim Zéro ». Lula a demandé récemment aux ministres de trouver des mécanismes juridiques pour permettre d’écouler la récolte de soja génétiquement modifiée, plantée l’année dernière dans le sud du Brésil, « par omission » du gouvernement précédent et qui a créé un « sérieux problème économique et social ».

Cette production illégale est estimée à un milliard de reals (quelque 300 millons de dollars).

Source : AFP

Commentaires