Des prêts sans intérêt pour aider les agriculteurs à effectuer leurs semis printaniers

Ottawa (Ontario), 19 décembre 2001 – Le Programme d’avances de crédit printanières (PACP) sera reconduit pour la saison de croissance 2002. Une somme d’au moins 700 millions de dollars sous forme de prêts sans intérêt devrait être mise à la disposition des agriculteurs qui ont subi des pertes engendrées par la sécheresse l’été dernier.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a annoncé la reconduction du PACP. Celui-ci offre des prêts sans intérêt jusqu’à concurrence de 50 000 dollars aux agriculteurs canadiens.

« Ce programme donne une marge de manoeuvre aux agriculteurs qui ont besoin de liquidités, a souligné M. Vanclief. Comme les dépenses d’exploitation des agriculteurs sont nombreuses au printemps, le PACP les aidera. Il s’agit d’un excellent outil de gestion que nous sommes heureux de pouvoir offrir de nouveau aux producteurs cette année. »

L’aide financière du PACP se présente sous la forme de prêts garantis par le gouvernement du Canada et administrés par des regroupements de producteurs locaux et la Commission canadienne du blé. Les producteurs remboursent leurs prêts à la fin de la saison ou peuvent en transférer le solde dans une avance du Programme de paiements anticipés une fois leur récolte entreposée.

L’an dernier, à la demande des regroupements dont les membres faisaient face à une hausse des coûts des facteurs de production, le gouvernement du Canada a augmenté le plafond des prêts du PACP de 20 000 à 50 000 dollars. En conséquence, 33 000 producteurs se sont partagé une somme de plus de 670 millions de dollars en prêts dans le cadre du programme.

« Le PACP fait partie de l’éventail de programmes mis en place pour aider les agriculteurs à gérer les risques associés à l’exploitation agricole, a expliqué M. Vanclief. En tout, les programmes fédéraux et provinciaux verseront quelque 4 milliards de dollars aux agriculteurs pour la campagne 2001. »

M. Vanclief a également souligné que la gestion du risque constituait un élément clé du Cadre stratégique agricole élaboré par les gouvernements fédéral et provinciaux de concert avec l’industrie. Ce cadre vise à sortir le secteur de la gestion de crise et à ériger les structures nécessaires à son succès au cours du XXIe siècle en faisant du Canada le chef de file mondial en matière de salubrité alimentaire et de production agricole soucieuse de l’environnement. Dans le récent budget fédéral, le gouvernement du Canada s’est engagé à fournir sa part du financement prévisible à long terme requis pour appuyer l’instauration de cette nouvelle approche en matière d’agriculture.

Les formulaires de demande du PACP seront mis en circulation au début du printemps et les producteurs devraient recevoir leurs prêts à la mi-avril.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires