Des scientifiques ont conclu une mission d’information sur le boeuf brésilien

Ottawa (Ontario), 18 février 2001 – Des responsables canadiens se pencheront sur les informations rassemblées par une équipe de scientifiques ayant conclu dimanche une évaluation du système de réglementation du Brésil face au risque posé par l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), la maladie de la vache folle.

Par voie de communiqué, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, le département américain de l’Agriculture et la direction générale de l’Agriculture du Mexique ont annoncé la conclusion de la mission des experts, entreprise le 14 février.

Un rapport conjoint doit être rendu public mardi, une fois que les membres de l’équipe tripartite auront consulté leurs gouvernements.

Le Dr Brian Evans, vétérinaire en chef du Canada, a laissé entendre que l’interdiction dont fait actuellement l’objet le boeuf brésilien pourrait être levée dès cette semaine.

Durant leur séjour, les experts du Canada, des Etats-Unis et du Mexique se sont entretenus avec les autorités brésiliennes et ont visité plusieurs établissements, y compris des abattoirs, des installations de transformation et des laboratoires, ainsi que des exploitations agricoles ayant importé des bovins d’Europe.

Le Canada a interdit toute importation de boeuf du Brésil, le 2 février, après qu’il eut jugé possible que le cheptel de ce pays ait été contaminé par l’ESB.

Les fonctionnaires brésiliens ont indiqué qu’ils procédaient actuellement à une enquête afin de retracer les animaux ayant été importés de l’Union européenne.

Le 13 février, le ministère d’Etat de l’Agriculture et de l’Approvisionnement alimentaire du Brésil a fait savoir que tous les bovins provenant de pays où l’ESB a été détectée, ou de pays où le risque d’ESB existe, devraient être abattus et détruits.

Source : Presse Canadienne

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)

http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commentaires