Des étudiants de l’Ouest canadien remportent les trois premières places de l’édition nationale du Défi biotech Aventis 2004

Toronto (Ontario), 13 mai 2004 – Des étudiants de l’Ouest canadien ont remporté les trois premiers des cinq prix accordés dans le cadre de l’édition nationale du Défi biotech Aventis 2004.

Les étudiants d’Edmonton (premier rang), de Winnipeg (deuxième rang) etde Saskatoon (troisième rang) sont à l’honneur, suivis des équipes de Torontoet de Montréal, qui se sont classées au quatrième et au cinquième rang,respectivement.

Un nouveau sixième prix spécial sera remis aux auteurs du projetprésentant, de l’avis des juges, le plus grand potentiel commercial. Legagnant de ce prix spécial sera annoncé aujourd’hui à 13 h HAE, par voie d’unetéléconférence à partir du siège social du CNRC.

Le gagnant du premier prix, Charles Tran, représentera le Canada auconcours étudiant BioGENEius 2004, qui se déroulera à San Francisco le 6 juinprochain. Il a remporté la première place (et une bourse de 5 000 $), aprèsque les finalistes de tout le Canada eurent présenté par voie devidéoconférence des exposés aux sept membres du jury, au siège social duConseil national de recherches à Ottawa.

Le projet de Charles Tran s’intitule « Characterization of the Mutationsof the Factor VII Gene ». Il pourrait bien avoir identifié la mutationgénétique responsable d’une maladie rare qui empêche la coagulation sanguine.

Les lauréats nationaux ont été sélectionnés parmi les gagnants des12 concours régionaux qui se sont tenus dans tout le Canada.

Gagnants des autres prix :
Deuxième place (4 000 $) :
William Turk, Grant Park High School, Winnipeg
« Mine Tailings: Studying the Role of Microbial Communities »
Etudes des formes de vie microscopiques, comme les bactéries, qui éliminent la pollution naturellement et régénèrent les sites de résidus de mines d’or épuisées au Manitoba. Brève description :
http://www.aventisbiotechchallenge.ca/city.html?Org=10&L(equalsign)0

Troisième place (3 000 $) :
Kimberly Richards, Walter Murray Collegiate Institute, Saskatoon
« Choose Them or Lose Them? »
Impact génétique de 150 ans de reproduction sélective du blé.
Brève description :
http://www.aventisbiotechchallenge.ca/city.html?Org=7&L(equalsign)0

Quatrième place (2 000 $) :
Natalie MacLeod et Anaies Nazarian, Ontario Science Centre Science School, Toronto.
« Combating Neurodegenerative Disorders: The Role of Tyrosine in the Aggregation of the PrP Cellular Protein »
Utilisation des acides aminés pour arrêter ou ralentir la formation d’agents chimiques qui entraînent des lésions cérébrales et peuvent mener à la maladie d’Alzheimer et à d’autres problèmes de santé.
Brève description :
http://www.aventisbiotechchallenge.ca/city.html?Org=0&L(equalsign)0

Cinquième place (1 000 $) :
Andrée-Anne Rouleau, Collège Jean-Eudes, Montréal
« Une pile de moules »
Obtention d’énergie utilisable à partir de la pollution qui se bioaccumule dans les moules.
Brève description :
http://www.aventisbiotechchallenge.ca/city.html?Org=1&L(equalsign)0

« La mutation que j’ai identifiée n’a jamais été rapportée et semble êtrespécifique aux personnes présentant une carence en facteur VIII », a déclaréCharles Tran, 17 ans, étudiant de douzième année à la Old Scona Academic HighSchool d’Edmonton.

Il tient toutefois à préciser qu’il faudra encore beaucoup de recherchepour établir sans l’ombre d’un doute que la mutation qu’il a identifiéeprovoque bel et bien une carence en facteur VII.

« Pour l’instant, tout ce qu’il est possible d’affirmer est qu’il s’agitde l’une des nombreuses anomalies génétiques qui pourraient être au coeur decette maladie », a-t-il affirmé. « Toutefois, même à cette étape, ma découvertesera un ajout très intéressant à la base de connaissances utilisée par leschercheurs qui tentent de traiter les carences en facteur VII. »

C’est la deuxième année que Charles Tran participe au Défi biotechAventis. L’an dernier, il a également remporté un prix pour avoir identifié unvirus qui pourrait détruire les bactéries dans la viande hachée crue.

« La biotechnologie est un domaine fascinant dans lequel je pourraiséventuellement faire carrière, bien qu’il soit difficile pour moi de prédirel’avenir », a poursuivi Charles Tran. « Je termine mon secondaire cette année etje me suis inscrit à la faculté des sciences de l’Université de l’Alberta. Came suffit pour l’instant. »

« Le Conseil national de recherches appuie fortement les projets derayonnement de ce type, surtout auprès des étudiants et des enseignants. Eneffet, ces initiatives sensibilisent le public aux sciences émergentes etencouragent plus d’un étudiant à entreprendre une carrière en biotechnologie »,a déclaré un des juges du concours, Peter Hackett, vice-président (recherche,sciences de la vie et technologie de l’information) au CNRC. « Les étudiantsfinalistes font partie des jeunes scientifiques les plus brillants au Canada,et je tiens à les féliciter pour leur impressionnant succès. »

« La biotechnologie est au coeur de l’économie de demain, au Canada etdans le monde entier », a déclaré un des commanditaires du concours, MarkLievonen, président d’Aventis Pasteur. « Tout nous porte donc à croire qu’uneforte culture scientifique est un élément essentiel du système d’innovation etde développement des ressources humaines au Canada. Plus que tous les autres,les jeunes Canadiens doivent comprendre l’impact des sciences et du génie surleur vie de tous les jours, leurs carrières et leur vie en tant qu’adultes.Selon nous, ce concours nous permet de franchir un grand pas vers l’atteintede notre objectif. Voilà pourquoi nous sommes fiers de commanditer cetévénement depuis sa création, en 1994. »

Les autres finalistes, qui représentent les gagnants des 12 concoursrégionaux, ont présenté un éventail d’idées de recherche de pointe dans ledomaine de la biotechnologie. Parmi ces projets, qui sont présentés auwww.aventisbiotechchallenge.ca, on retrouve :
– utilisation des bleuets ou d’extraits de thé vert pour lutter contre le vieillissement et le cancer;
– utilisation de la caféine comme pesticide naturel contre une chenille nuisible qui cause des dommages coûteux;
– vérification des propriétés thérapeutiques (guérison des blessures) d’un ancien remède asiatique à base de plantes;
– prévention de la propagation du SRAS et d’autres virus en milieu hospitalier;
– création d’un enzyme qui permet de nettoyer les endroits contaminés par les plastiques et les huiles.

Le Défi biotech Aventis est un concours national de haut niveau quiintroduit les étudiants à la réalité de la recherche en biotechnologie en leurpermettant de réaliser les projets qu’ils ont eux-même conçus.

Le concours favorise l’élargissement des perspectives et le dépassementintellectuel. Chaque équipe d’étudiants travaille avec un mentor local quileur fournit conseils, équipement et matériel. Bon nombre des étudiants quiparticipent au Défi se dirigent éventuellement vers une carrière enbiotechnologie, en soins de santé, en agriculture ou en environnement.

Le jury se composait des membres suivants :
– Peter Hackett, vice-président (recherche, sciences de la vie et technologie de l’information), CNRC;
– Alex Mackenzie, vice-président (recherche), Génome Canada;
– Luis Barreto, vice-président, relations publiques, et directeur de la politique publique de l’entreprise, affaires internationales de santé publique, Aventis Pasteur Limitée;
– Kevin Keough, expert scientifique en chef, Santé Canada;
– David Tobin, commissaire aux brevets, registraire des marques de commerce et directeur général, Office de la propriété intellectuelle du Canada;
– Janet E. King, directrice générale, Direction générale des sciences de la vie, Industrie Canada; et
– Denis Groleau, directeur, plateforme Bioprocédés, Institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de recherches.

Renseignements généraux :
Commanditaires nationaux :
– Aventis Pasteur Limitée
– Ressources humaines et Développement des compétences Canada
– Institut national de recherches du Canada
– Génome Canada
– VWR International
– Instituts de recherche en santé du Canada
– Conseil des ressources humaines en biotechnologie

Chaque concours régional remet également des prix en argent aux gagnants.Ceux-ci sont commandités par des entreprises locales, des établissementsd’enseignement, des organismes industriels et des agences gouvernementales.Plus de 100 organismes sont associés à ce projet de rayonnement.

Le concours reflète la réalité de la recherche scientifique :
– les étudiants doivent soumettre leurs propositions, qui sont évaluées par un comité scientifique;
– un financement initial pouvant atteindre 200 $ est accordé aux projets retenus;
– des mentors assignés à chaque équipe fournissent conseils, équipement et matériel; et
– chaque projet étudiant est jugé par des étudiants (évaluation par les pairs) et par des juges provenant des milieux du gouvernement, des affaires, de l’enseignement supérieur et de l’éducation.

Les équipes gagnantes partagent leur prix en argent avec leur école. Danscertaines villes, les étudiants gagnants obtiennent également des boursesd’études universitaires ou des emplois d’été.

Plusieurs événements comprennent également des conférences prononcées pard’importants chercheurs locaux, des ateliers à caractère scientifique pour lesétudiants et les enseignants, ainsi que des expositions sur la biotechnologie.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Défi biotech Aventis
http://www.aventisbiotechchallenge.ca

Commentaires