D’inquiétantes résistances aux antibiotiques d’usage vétérinaire

France, 22 avril 2004 – D’après l’Agence française de Sécurité sanitaire des Aliments (AFSSA), plusieurs souches de Salmonella enterica et d’Escherichia coli présenteraient une résistance aux céphalosporines. Des antibiotiques dits de troisième génération.

Les responsables du réseau de surveillance de l’AFSSA ont identifié quatre souches résistantes d’Escherichia coli sur des porcs, des veaux et des dindes. Pour Salmonella enterica, ils en ont isolé une qui provenait d’un élevage de volailles.

L’AFSSA souligne par ailleurs, « l’importance de l’usage raisonné et prudent de la prescription d’antibiotiques, en particulier pour les traitements de groupes qui favorisent l’émergence de résistances ». Bien que l’origine de ces dernières n’ait pas été scientifiquement rattachée à l’utilisation d’antibiotiques en élevage, l’agence attire l’attention des vétérinaires sur deux points. Tout d’abord sur le « suivi des élevages qui présentent des souches résistantes », mais aussi « sur l’importance de signaler des échecs thérapeutiques à l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) ».

Ces résistances sont d’autant plus inquiétantes qu’elles ne sont pas circonscrites à la France. Aux Etats-Unis, elles concernent à la fois l’animal et l’homme. Voilà pourquoi l’AFSSA s’attache à suivre très étroitement l’émergence de tels phénomènes dans les élevages français. Car ils pourraient avoir des conséquences directes sur la santé publique.

Source : AFSSA, avril 2004

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)
http://www.afssa.fr

Commentaires