Engrais à libération lente

L’utilisation d’engrais à libération lente dans la culture de maïs grain est bénéfique, sauf quand les conditions météorologiques sont parfaites!

Lors d’essais dans la région de Québec en 2008, 2009 et 2010, des chercheurs d’Agriculture et Agroalimentaire Canada ont comparé quatre modes de fertilisation azotée : urée granulaire, urée enrobée d’un polymère (ESN, du fabricant Agrium), urée contenant un inhibiteur de nitrification (ENTEC, de COMPO) et solution d’urée et nitrate d’amonium 32 % (UNA) appliquée en post-levée.

Ces quatre modes de fertilisation ont été évalués en fonction du rendement en grain obtenu et du prélèvement en azote (N) par les plants.

Présentés par le chercheur Bernard Gagnon lors de la Journée d’information scientifique Grandes cultures, le 17 février, à Drummondville, les résultats permettent de tirer une conclusion sans équivoque : les conditions climatiques saisonnières influencent de beaucoup la réponse aux engrais à libération lente que sont ESN et ENTEC.

Lors des étés humides de 2008 et 2009, ESN a offert la meilleure performance, livrant un rendement de 0,8 t/ha et 1.6 t/ha supérieur à l’urée et de 0.2 t/ha supérieure la solution azotée 32 % en post levée (UNA). ENTEC a mieux performé que l’urée, mais s’est classée bonne troisième.

En 2010, alors que nous connaissions un été chaud et sec, à doses comparables l’urée (9,7 t/ha, ESN (9,7 t/ha) et ENTEC (9,5 t/ha) ont donné des rendements comparables. La solution azoté 32 % appliqué en post-levée a donné un rendement de 10,5 tonnes à l’hectare.

Selon les calculs économiques des chercheurs, les meilleures marges brutes à l’hectare ont été obtenues en 2008 par ESN (860 $) et UNA (863 $), en 2009 par ESN (721 $) et UNA (729 $). En 2010, UNA l’emporte haut à la main avec une marge brute à l’hectare de 1484 $.

Des résultats comparables ont été obtenus dans les mesures de prélèvement de l’azote. L’analyse de tissus des plants de maïs a révélé que lors des étés humides (2008 et 2009), le prélèvement d’azote par les plants a été supérieurs avec les engrais à libération lente, notamment avec ESN. En 2010, UNA a permis un prélèvement d’azote largement supérieur à tous les autres.

Sous nos conditions de culture au Québec, les applications en post-levée demeurent un bon choix agronomique et économique. Les engrais à libération lente offrent des résultats comparables, en plus d’une plus grande flexibilité dans leur application et d’une réduction du travail au champ.

Commentaires