Enquête sur les aliments fonctionnels et les nutraceutiques

Ottawa (Ontario), 6 octobre 2003 – Une nouvelle enquête fournit les tout premiers renseignements sur les entreprises canadiennes qui réalisent des activités reliées aux aliments fonctionnels et aux nutraceutiques, un nouveau segment du secteur canadien des sciences de la vie.

Statistique Canada a mené, au printemps 2003, l’Enquête sur les aliments fonctionnels et les nutraceutiques, parrainée par Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Les aliments fonctionnels sont des composants alimentaires qui présentent des avantages physiologiques dépassant leurs fonctions nutritionnelles de base, ou qui réduisent les risques de maladies chroniques. Les tomates à teneur élevée en lycopène et les aliments auxquels on a ajouté des fibres solubles en sont des exemples.

Les nutraceutiques sont des produits extraits ou purifiés à partir d’aliments et qui sont généralement vendus sous formes médicinales, comme des poudres, des comprimés, des capsules ou des gélules, non habituellement associées aux denrées alimentaires. Les nutraceutiques présentent des bienfaits physiologiques ou assurent une protection contre les maladies chroniques. Les produits extraits ou purifiés à partir d’une source marine, comme les algues, le goémon ou le varech, ou fabriqués à partir d’une matière végétale séchée, en poudre ou pressée, comme le ginseng, en sont des exemples.

La population sondée comprend 576 entreprises. Une proportion de 25 % des participants ont déclaré être engagés dans des activités reliées tant aux aliments fonctionnels qu’aux nutraceutiques. Environ 28 % ont déclaré participer uniquement à des activités reliées aux aliments fonctionnels et 46 %, ne participer qu’à des activités reliées aux nutraceutiques. Ces entreprises étaient très probablement actives dans quatre domaines, soit la fabrication de produits ou l’accroissement de la gamme de nouveaux produits, la fabrication de produits prêts à consommer, la recherche et le développement scientifiques et la vente en gros de produits.

L’industrie des aliments fonctionnels et des nutraceutiques est en train, à bien des égards, de gagner du terrain. Environ 17 % des entreprises sondées avaient réalisé des recettes de 10 millions de dollars ou plus reliées à la vente d’aliments fonctionnels et de nutraceutiques en 2002.

La plupart des entreprises en question n’affectent qu’une partie de leur personnel à des activités reliées aux aliments fonctionnels et aux nutraceutiques. En 2002, 56 % de ces entreprises comptaient moins de dix employés qui consacraient une partie ou la totalité de leur temps à des activités reliées aux aliments fonctionnels ou aux nutraceutiques ou à des tâches administratives connexes. Même si environ 21 % des entreprises en question employaient plus de 100 employés, seulement 7 % comptaient plus de 100 employés qui participaient à des activités reliées aux aliments fonctionnels ou aux nutraceutiques.

Plus de la moitié de toutes les entreprises sondées ont exporté des aliments fonctionnels ou des nutraceutiques en 2002. Un peu plus des trois quarts des entreprises qui ont exporté l’ont fait aux États-Unis. Le Japon était la deuxième destination en importance pour ce qui est de l’exportation, suivi de la Corée du Nord, de la Corée du Sud, de Taïwan, de l’Australie ou de la Nouvelle-Zélande, de la région administrative spéciale de Hong Kong et de la République populaire de Chine.

La plupart (77 %) des exportateurs ont expédié des aliments fonctionnels ou des produits nutraceutiques finis aux fins de vente en gros ou au détail. Environ 44 % ont expédié des matières premières ou des ingrédients aux fins de leur utilisation à l’intérieur d’aliments fonctionnels ou de nutraceutiques et 33 %, des produits semi-finis aux fins d’une transformation plus poussée avant leur mise en marché. Environ 8 % ont expédié de la technologie qui se rattachait à la fabrication de produits.

Les recettes d’exportation du secteur relativement nouveau des produits fonctionnels et des nutraceutiques pourraient beaucoup augmenter. Environ 11 % des entreprises sondées ont déclaré des recettes de plus de 5 millions de dollars reliées à l’exportation d’aliments fonctionnels et de nutraceutiques. Une proprtion de 18 % des entreprises ont déclaré des recettes reliées à l’exportation de produits fonctionnels et de nutraceutiques qui variaient de 1 à 5 millions de dollars et la plupart (70 %), des recettes de moins de 1 million de dollars reliées à ces produits.

Près de 33 % des entreprises sondées ont tenté en 2002 d’emprunter du capital. Parmi celles qui l’ont fait, 65 % ont réussi, mais 48 % d’entre elles ont atteint leur objectif. Leurs sources les plus courantes d’emprunt de capital étaient des sources conventionnelles, comme les banques ou les placements initiaux. Des entreprises qui ont emprunté du capital, 50 % ont eu recours à de telles sources.

Environ 27 % des entreprises sondées ont déclaré que se sont les produits liés au «bien-être général» qui leur a rapporté les recettes les plus élevées. Quelque 17 % ont cité comme sources de recettes les plus élevées les produits reliés au système vasculaire ou les produits de santé cardio-vasculaire et 11 %, les produits reliés au système immunitaire.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires