Estimations provisoires de la superficie des principales grandes cultures en 2004

Ottawa (Ontario), 29 juin 2004 – Les agriculteurs de l’Ouest ont dit avoir semé plus de canola et de légumineuses à grains, mais moins de blé dur, d’avoine et d’orge en 2004. Dans l’Est, les superficies de maïs ont diminué, alors que celles de soya ont atteint de nouveaux sommets.

Le temps frais et humide qu’ont connu de nombreuses régions des Prairies au début de la campagne agricole de 2004 a provoqué des retards d’ensemencement et une certaine incertitude quant aux cultures à semer. On trouve la meilleure illustration des répercussions du temps humide dans le sud-est de la Saskatchewan et dans la vallée de la rivière Rouge du Manitoba, où les producteurs ont dit avoir ensemencé en moyenne moins de 70 % de leurs champs au moment de l’enquête. Dans d’autres régions de l’Ouest canadien où le temps était plus favorable à l’ensemencement, les agriculteurs avaient ensemencé de 80 % à 100 % de leurs champs. Dans le sud-ouest de l’Ontario, où se situent la majorité des superficies ensemencées en maïs et en soya, le temps frais et humide a aussi retardé l’ensemencement.

Les superficies de canola continuent de croître
Cette année, 12,7 millions d’acres ont été consacrées à l’ensemencement en canola dans les Prairies, ce qui représente 9 % de plus qu’en 2003. Cette superficie dépasse de beaucoup la moyenne de 11,2 millions d’acres pour les cinq dernières années et la moyenne de 11,7 millions d’acres pour les dix dernières. Les trois provinces des Prairies ont toutes fait état d’une croissance des superficies ensemencées en canola, l’Alberta venant en tête avec 19 % de plus qu’en 2003. C’est peut-être la vigueur des prix du canola de l’an dernier qui a incité les agriculteurs à accroître leurs superficies cette année.

Repli des ensemencements en blé dur
Les superficies ensemencées en blé dur ont diminué de 12 % par rapport à 2003, totalisant 5,4 millions d’acres, ce qui est en deçà de la moyenne de 5,7 millions d’acres pour les cinq dernières années. Les importantes augmentations des stocks et la diminution des possibilités d’exportation ont exercé des pressions à la baisse sur les prix.

Hausse des superficies de blé de printemps des prairies
Les superficies ensemencées en blé de printemps des prairies ont bondi de 71 %, sans doute à la faveur de l’accroissement des prix. Les superficies de blé dur roux de printemps ont diminué de 700 000 acres, alors que celles de blé de printemps des prairies ont augmenté de 840 000 acres, ce qui fait que les superficies totales de blé de printemps demeurent à peu près inchangées par rapport à 2003.

Diminution des superficies d’orge et d’avoine
Les superficies ensemencées en avoine ont baissé fortement dans les Prairies, soit de 15 % selon les agriculteurs de l’Alberta et de 11 % au Manitoba et en Saskatchewan. Globalement, les agriculteurs canadiens ont déclaré une réduction de 613 500 acres ou 11 % des superficies ensemencées en avoine.

Les superficies totales ensemencées en orge ont chuté, passant de 12,5 millions d’acres en 2003 à 11,8 millions d’acres, en baisse de 5 %. Dans les Prairies, alors que les superficies d’orge au Manitoba sont demeurées stables, les agriculteurs de la Saskatchewan et de l’Alberta ont déclaré des réductions de 4 % et de 7 %, respectivement. Cette décroissance est attribuable en partie à la demande incertaine de céréales fourragères et à une tendance globale à l’utilisation de graines oléagineuses.

Augmentation des superficies de pois secs de grande culture et de lentilles
Les superficies ensemencées en pois secs dans l’Ouest ont augmenté de 315 000 acres et ont atteint un nouveau sommet de 3,5 millions d’acres. Le sommet précédent de 3,3 millions d’acres avait été établi en 2001. Les superficies de pois secs déclarées tant en Alberta qu’en Saskatchewan constituent de nouveaux sommets provinciaux. Bien que le Manitoba ne représente que 5 % du total, les superficies de pois secs de grande culture de cette province ont augmenté de 33 %. Il se peut que les agriculteurs du Manitoba soient passés à la culture des pois secs en raison du récent temps frais et humide, qui convient bien à ce type de culture. Les pois sont de plus en plus utilisés dans les rations fourragères en raison de leur teneur élevée en protéines.

Les superficies en lentilles de l’Ouest ont atteint un sommet de 1,9 million d’acres, fracassant du coup le sommet précédent de 1,8 million d’acres établi en 2001. En Saskatchewan, où se retrouve la vaste majorité des superficies ensemencées en lentilles, un nouveau sommet a été atteint avec une augmentation de 37 % ou 500 000 acres.

Dans certains cas, il se peut que les agriculteurs sèment des légumineuses à grains en raison d’exigences préétablies en matière de rotation des cultures. La diversification des cultures agricoles au cours des dernières années s’est traduite par une croissance des superficies de légumineuses à grains.

Les superficies de maïs-grain diminuent, alors que celles de soya bondissent
Les producteurs de maïs disent avoir semé 3 % moins de maïs-grain cette année. Les superficies totales déclarées de maïs-grain ont été de 3,0 millions d’acres, ce qui est en deçà de la moyenne de 3,1 millions d’acres des cinq dernières années. Bien que les superficies ensemencées en maïs-grain aient augmenté de 2 % au Québec, cette croissance a été plus que compensée par une baisse de 6 % des superficies déclarées par les agriculteurs de l’Ontario. Dans l’ensemble, le Québec représente 37 % des superficies de maïs-grain, tandis que l’Ontario en représente 56 %. Le temps humide a nui à l’ensemencement en maïs-grain en Ontario, ce qui explique en partie la diminution des superficies ensemencées.

Les superficies de soya au Canada sont passées à 3,1 millions d’acres cette année, soit 417 400 acres de plus que le sommet précédent de 2,7 millions d’acres atteint en 2001. Les trois principales régions de croissance du soya, à savoir l’Ontario, le Québec et le Manitoba, ont toutes établi de nouveaux sommets. Les superficies en Ontario ont augmenté de 16 % et se sont élevées à 2,3 millions d’acres, ce qui dépasse facilement la moyenne de 2,1 millions d’acres des cinq dernières années. Les agriculteurs du Québec ont déclaré avoir ensemencé 457 100 acres, ce qui fracasse le sommet de 385 500 acres établi en 2000.

Ce sont les agriculteurs du Manitoba qui ont déclaré de loin la plus importante augmentation des ensemencements en soya par rapport à 2003. Les superficies ensemencées sont ainsi passées de 220 000 acres en 2003 à 300 000 acres, soit un bond de 36 %. Il convient de souligner que les agriculteurs du Manitoba ont fait état de conditions de culture défavorables au moment de l’enquête sur les ensemencements. Par conséquent, les superficies déclarées correspondaient aux ensemencements prévus par les agriculteurs si les conditions du sol s’amélioraient.

Ensemencement des principales céréales et graines oléagineuses
Culture200320042003 à 2004
 milliers d’acres% de variation
Tout le blé26 27125 491-3,0
Blé de printemps18 56218 6110,3
Orge12 46911 791-5,4
Canola11 70212 8109,5
Jachère8 9158 400-5,8
Blé dur6 1355 425-11,6
Avoine5 6145 001-10,9
Pois secs de grande culture3 2203 5359,8
Maïs-grain3 1253 030-3,0
Soya2 5973 09019,0
Lin1 8401 8550,8

Note aux lecteurs
L’enquête sur les ensemencements de juin, qui est menée auprès de 28 800 exploitations agricoles, a été faite par interview téléphonique et par Internet pendant les deux dernières semaines de mai et la première semaine de juin. On a demandé aux agriculteurs de rapporter leurs superficies ensemencées en céréales, en graines oléagineuses et en cultures spécialisées.

Statistique Canada fait également le suivi hebdomadaire de l’état des cultures et des pâturages dans les Prairies canadiennes en utilisant un indice de végétation obtenu au moyen de données numériques transmises par satellite. Pour en savoir davantage au sujet du Programme d’évaluation de l’état des cultures, communiquez avec Gordon Reichert au (613) 951-3872 ou consultez la publication Programme d’évaluation de l’état des cultures (22-205-XIF, gratuite).

La publication Série de rapports sur les grandes cultures : Estimations provisoires de la superficie des principales grandes cultures au Canada, 2004, vol. 83, no 4 (22-002-XIB, 12 $ / 71 $; 22-002-XPB, 17 $ / 95 $) est maintenant en vente.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires