Ligne de temps

Grande marche citoyenne dimanche prochain

L'UPA convie les agriculteurs et les consommateurs à une marche pour protéger notre garde-manger

Dimanche prochain, 18 novembre 2018, les agriculteurs et les consommateurs sont invités à marcher ensemble dans le but de faire pression sur les gouvernements afin de faire changer les règles qu’ils trouvent injustes.

La marche se déroulera à Montréal sur un parcours préétabli en plein cœur de la métropole. L’initiative est venue après l’entente conclue entre le Canada et les États-Unis, le 30 septembre dernier. Elle vise toutefois beaucoup plus large que l’ouverture supplémentaire de nos marchés, comme l’explique Patrice Juneau, porte-parole pour l’UPA.

« L’annonce de l’entente est la goutte qui a fait débordé le vase, explique-t-il. C’est une concession sans précédent d’une partie de notre marché. En retour, le gouvernement n’exige aucune réciprocité sur ce qui entre chez nous au niveau des normes sanitaires, sociales et environnementales. Ces règles-là qu’on exige à nos producteurs et que les consommateurs demandent ne sont pas exigées des produits qui entrent chez nous. »

Patrice Juneau explique que les demandes ne visent pas à faire diminuer ces règles, mais plutôt à s’assurer que les aliments qui entrent respectent les mêmes exigences que les aliments qui sont produits chez nous.

La marche vise également à faire modifier les règles d’étiquetage des aliments. « Ça fait pitié, déplore Patrice Juneau. S’y retrouver, c’est un fouillis monumental. » Il explique que le consommateur a de la difficulté à s’y retrouver, tant les exigences diffèrent d’un secteur à l’autre quand à l’origine du produit. Seul le miel a une règle claire. C’est selon le bon vouloir de l’industrie. « L’objectif est d’offrir au consommateur toutes les informations qu’il a besoin », dit-il.

Cette marche arrive après plusieurs concessions offertes par le gouvernement canadien sur l’accès à nos marchés sans exiger en retour de réciprocité sur les produits qui entrent au pays. «Ça fait 10 à 15 ans qu’on parle de la réciprocité des normes et de ce qui risque d’arriver si on continue comme ça, dit Patrice Juneau. On est en plein dedans. On a bon espoir que le message va être entendu.»

Le but de la marche vise donc à interpeller le gouvernement. Il est trop tôt pour dire le nombre de personnes qui seront présentes dimanche prochain. Toutefois, l’UPA espère attirer des milliers de personnes. Pour cela, il utilise principalement les réseaux sociaux et l’appui de ses partenaires, comme Option Consommateur.

Pour en savoir plus sur la marche : https://www.upa.qc.ca/fr/gardemangerendanger/

Sur Facebook : https://www.facebook.com/events/321264192033923/

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires