Greenpeace met une ferme expérimentale fédérale en quarantaine

Morden (Manitoba), 5 juin 2003 – À l’aube, les militants de Greenpeace ont mis en quarantaine une ferme expérimentale d’Agriculture et agroalimentaire Canada à Morden, au Manitoba. Quatre militants ont déroulé une bannière de 15 mètres X 8,5 mètres portant le message suivant : « Stoppez le blé transgénique ». D’autres militants ont bloqué les portes centrales de l’édifice et affiché des avertissements de mise en quarantaine. Des pancartes ont été plantées dans le sol « Non au blé OGM ». Cette ferme expérimentale est un des sites voué à la culture en champ de blé transgénique en 2003.

« Nous mettons en quarantaine ce site parce que nous considérons qu’il y a des risques importants pour l’environnement et le milieu agricole canadien », déclare Holly Penfound, coordonnatrice de la campagne OGM pour Greenpeace Canada. « Le gouvernement ne devrait pas autoriser le blé transgénique ni en faire la culture à l’air libre pour le compte de Monsanto ».

La Commission canadienne du blé estime que 80 % de son marché d’exportation évalué à trois milliards de dollars refusera le blé transgénique. Monsanto a proposé un système de ségrégation entre le blé OGM et non OGM alors que les recherches récentes démontrent que c’est impossible à réaliser.

« Les agriculteurs peuvent s’adapter aux conditions naturelles qui déterminent le succès des récoltes à chaque année. Mais, ceux-ci ne sont pas prêts à accorder à Monsanto et au gouvernement fédéral le droit d’introduire le blé transgénique. Une mesure coûteuse qui transformera à tout jamais l’environnement », explique Fred Taid, agriculteur à Rosendale au Manitoba et ex-président de la National Farmers Union.

Monsanto a déposé sa requête pour la culture commerciale sans restriction de son blé transgénique le 23 décembre 2002. La ferme expérimentale d’Agriculture et agroalimentaire Canada est partenaire de Monsanto dans ce dossier et elle défraie une partie du coût des essais. L’Agence canadienne d’inspection des aliments, une division d’Agriculture et agroalimentaire Canada, est responsable des permis à accorder ou non à Monsanto. La Société royale du Canada considère que le gouvernement est en situation de conflit d’intérêts au niveau de sa gestion du secteur de la biotechnologie. Alors que le gouvernement refuse de révéler la localisation d’une douzaine de sites dédiés à la culture de plantes transgéniques, Greenpeace a récemment obtenu des documents prouvant que les cultures en champ de blé transgénique se retrouvent sur plusieurs sites gouvernementaux.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Monsanto
http://www.monsanto.com/

Société Royale du Canada
http://www.rsc.ca/

Commentaires