Groupe de Cairns : 19e réunion ministérielle commerciales

Les participants à la 21e Réunion ministérielle du Groupe de Cairns ont affirmé que les problèmes de leurs agriculteurs et de leurs industries des aliments transformés les préoccupaient au plus haut point. Les gens qui dépendent des industries rurales pour leur gagne-pain sont réellement touchés. Les subventions à l’exportation, le soutien interne excessif et les mesures de restriction de l’accès aux marchés, y compris les tarifs, les règles sanitaires et phytosanitaires ainsi que les autres mesures non tarifaires, continuent d’avoir de graves effets de distorsion sur les marchés agricoles et agroalimentaires mondiaux.

Malgré les dispositions importantes qui ont été prises à la suite des pourparlers de l’Uruguay Round, le soutien et la protection des agriculteurs dans les pays industrialisés sont regrimpés aux niveaux néfastes du milieu des années 80 et se chiffrent maintenant à plus de 360 milliards de dollars.

Comme les effets de distorsion sur les marchés agricoles mondiaux s’intensifient, les ministres se sont dits heureux que les pourparlers de l’OMC sur l’agriculture aient connu un bon départ. Cependant, il ne suffit pas d’amorcer le processus. L’OMC doit mener les pourparlers à leur terme rapidement. Les ministres sont convenus que l’agriculture doit faire partie des dossiers les plus prioritaires des négociations en cours.

Une réforme fondamentale des marchés agricoles et agroalimentaires mondiaux s’impose afin d’assurer l’amélioration soutenue du bien-être de tous les peuples. Il s’agit d’une responsabilité à la fois politique et morale. Les ministres ont souligné que le Groupe de Cairns avait un rôle clé à jouer en faisant avancer les négociations.

Les ministres ont affirmé que les négociations sur l’agriculture devaient aboutir à l’élimination de la discrimination flagrante dont les secteurs de l’agriculture et des aliments transformés font l’objet à l’OMC. Le moment est venu de mettre l’objectif de l’Uruguay Round à exécution, c’est-à-dire de corriger et de prévenir les restrictions et les distorsions. Les ministres se sont engagés à mettre en place un système de commerce agricole équitable et orienté vers le marché. C’est important pour le Groupe de Cairns et l’ensemble des membres de l’OMC.

Les ministres ont noté que, à ce jour, les propositions de négociation fondées sur la Vision d’avenir du Groupe de Cairns portaient sur l’élimination des subventions à l’exportation et sur d’importantes réductions progressives des subventions internes faussant le jeu des échanges. On prépare actuellement une proposition sur l’accès aux marchés pour novembre 2000. Les ministres ont encouragé les autres membres de l’OMC qui ne l’ont pas encore fait à présenter des propositions de réforme dans les plus brefs délais et à commencer à se préparer pour la deuxième phase des négociations qui débutera en mars 2001. Les ministres ont discuté des diverses propositions déposées à Genève et demandé à leurs fonctionnaires de préparer des recommandations de suivi.

Les ministres du Groupe de Cairns se sont accordés pour dire qu’une réforme concrète et rapide s’imposait pour assurer l’avenir du système de commerce multilatéral, qu’une telle réforme réduirait le risque de différends commerciaux et qu’elle mettrait l’OMC à l’abri des pressions inutiles. Les ministres ont ajouté qu’en cas d’impasse dans les négociations, on serait forcé inévitablement d’examiner d’autres options pour faire en sorte que l’agriculture fasse l’objet d’un traitement raisonnable à l’OMC après 2003, année où la « Clause de paix » vient à expiration.

Les ministres ont souligné que les politiques causant du tort aux autres pays ne peuvent se justifier par des impératifs non commerciaux. L’enjeu des négociations en agriculture ne porte pas sur la légitimité de certains objectifs stratégiques, mais plutôt sur les instruments utilisés pour les atteindre. Ces instruments ne doivent pas avoir d’effet de distorsion sur le commerce.

Les ministres se sont réjouis de la place importante qu’occupent les pays en développement dans les négociations de l’OMC sur l’agriculture et du fait qu’on reconnaît de plus en plus le rôle décisif de la réforme agricole dans l’élimination de la pauvreté. Pour les pays qui dépendent largement de leur secteur agricole, rien n’est plus important que l’établissement d’un système commercial ouvert, équitable et davantage orienté vers les marchés internationaux des produits agroalimentaires et des fibres. Bien que l’aide au développement doive demeurer un volet essentiel des mesures prises pour permettre aux pays en développement de réaliser leur potentiel, les ministres du Groupe de Cairns ont souligné que l’aide ne devait pas remplacer les échanges. L’amélioration de l’accès aux marchés et la réforme de l’agriculture par les pays industrialisés sont indispensables pour assurer le développement.

Les ministres ont dit que les négociations sur l’agriculture devaient non seulement aboutir à l’amélioration des possibilités d’accès aux marchés et à l’élimination de la concurrence déloyale (subventionnée) sur les marchés intérieurs et extérieurs, mais aussi à l’adoption du principe d’un traitement spécial et différencié pour les pays en développement. La réforme ainsi que le traitement spécial et différencié sont des facteurs clés en ce sens qu’ils permettent de s’assurer que les pays en développement disposent des moyens nécessaires pour faire valoir leurs objectifs critiques en matière de développement rural et de sécurité alimentaire dans les négociations. Les ministres ont également réaffirmé l’importance d’appliquer plus efficacement la Décision de Marrakech concernant les pays les moins avancés et les pays importateurs nets d’aliments.

Les ministres ont salué la participation de leurs collègues Franz Fischler (Commissaire à l’agriculture de l’UE) et Youssef Boutros-Ghali (ministre égyptien de l’Économie et du Commerce extérieur) aux discussions de Banff. La présence de ces invités spéciaux à la réunion du Groupe de Cairns a fait ressortir l’importance de négociations fructueuses en agriculture pour l’ensemble des membres de l’OMC.

Les ministres ont vu d’un bon oeil une déclaration dans laquelle les dirigeants agricoles des pays membres du Groupe de Cairns, qui se réunissaient également à Banff, soulignaient l’importance que le secteur accorde à une réforme rapide et fondamentale du commerce agricole.

Les ministres ont remercié le gouvernement canadien d’avoir agi comme hôte de la 21e Réunion que le Groupe de Cairns a tenue à Banff du 10 au 12 octobre 2000. Ils ont également remercié la province de l’Alberta et les gens de Banff pour leur accueil chaleureux et leur hospitalité. Le Groupe de Cairns tiendra sa rencontre ministérielle de 2001 en Uruguay.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires