Implantation d’une usine de traitement des fumiers dans Charlevoix

La Malbaie (Québec), 5 juin 2001 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Maxime Arseneau, a annoncé en compagnie du député de Charlevoix, M. Rosaire Bertrand, l’implantation d’une usine de traitement des fumiers à La Malbaie.

« Ce projet novateur, qui vise à solutionner les problèmes d’excédents de fumiers provenant des entreprises agricoles de la région, s’inscrit en droite ligne avec la mission du ministère, soit d’assurer la croissance du secteur agricole dans une perspective de développement durable », a déclaré le ministre Arseneau.

La réalisation de ce projet, au coût de plus de 2 millions de dollars, bénéficie de l’appui financier de 11 entreprises agricoles de la région de Charlevoix et d’une contribution de 932 750 $ du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Il permettra de consolider une centaine d’emplois indirects, créera six emplois permanents à plein temps et treize emplois saisonniers.

L’usine, qui sera en opération dès cet été, traitera annuellement au moins 26 000 mètres cubes de fumier provenant pour l’essentiel d’entreprises avicoles. Le fumier sera mélangé aux résidus de bois provenant de la pépinière, de la papetière et des scieries des environs, afin d’obtenir du compost qui sera vendu par la Pépinière Charlevoix.

Le projet bénéficie par ailleurs de l’appui de différents organismes de la région, dont les MRC de Charlevoix et Charlevoix-Est, la ville de La Malbaie, la Corporation de la Réserve mondiale de la biosphère et l’Association touristique régionale de Charlevoix.

Le député de Charlevoix a tenu à saluer l’esprit d’initiative et de concertation qui anime les partenaires engagés dans ce projet. « Cette solution écologique permettra de diminuer la quantité de fumier à stocker et à épandre dans les fermes, en plus de réduire les odeurs, un avantage indéniable dans une région reconnue pour sa vocation touristique et les atouts naturels de son paysage », a-t-il affirmé.

« La réalisation de ce projet démontre une fois de plus les efforts mis de l’avant par les producteurs et productrices agricoles du Québec afin de prendre le virage agroenvironnemental. Il importe de poursuivre dans cette voie afin de favoriser la cohabitation harmonieuse des activités agricoles et des autres activités s’exerçant sur le même territoire », a conclu le ministre Arseneau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires