Indices des prix des produits industriels et des matières brutes en février 2007

Ottawa (Ontario), 29 mars 2007 – En février, les prix de l’énergie ont été le principal facteur à l’origine de la hausse des prix des produits manufacturés et des matières brutes.

De janvier à février, les prix demandés par les fabricants, mesurés par l’Indice des prix des produits industriels (IPPI), ont enregistré une cinquième hausse mensuelle consécutive. L’appréciation de 0,9 % de l’indice représente essentiellement la vigueur des prix des produits du pétrole et du charbon et de ceux des produits métalliques de première transformation.

Sur 12 mois, l’IPPI a avancé de 4,4 %, ce qui est comparable à la progression d’une année à l’autre observée en juillet 2006 (+4,6 %) et qui représente un sommet pour 2005 et 2006. La pression à la hausse provient principalement des prix plus élevés des produits métalliques de première transformation et, dans une moindre mesure, de ceux de la pâte de bois et des produits du papier ainsi que de ceux des produits du pétrole et du charbon. Le mouvement à la hausse a été ralenti par la baisse des prix des produits du bois d’oeuvre et autres produits de bois.

L’Indice des prix des matières brutes (IPMB) a augmenté de 2,6 % de janvier à février, soit un taux intermédiaire entre ceux notés en décembre et en janvier. La hausse mensuelle de l’indice est surtout attribuable à l’appréciation des combustibles minéraux. Tous les groupes de matières brutes se sont accrus à l’exception des métaux non ferreux.

Comparativement à février de l’an dernier, les matières brutes ont coûté 9,1 % plus cher aux usines, soit un taux situé entre ceux inscrits en décembre et en janvier. À l’opposé de la progression de l’indice par rapport à janvier, la hausse de l’indice comparativement à février 2006 a été entraînée par les métaux non ferreux et elle a été ralentie par les combustibles minéraux.

En février, l’IPPI s’établissait à 116,4 (1997=100), en hausse par rapport au niveau révisé de 115,4 enregistré en janvier. L’IPMB a été de 164,9 (1997=100), en hausse par rapport au niveau révisé de 160,7 observé en janvier.

IPPI : L’indice des prix a été entraîné à la hausse par les produits du pétrole et les métaux de première transformation
D’un mois à l’autre, les prix des fabricants ont été entraînés surtout par le rebondissement des prix des produits du pétrole et du charbon (+4,6 %) et par celui des produits métalliques de première transformation (+2,9 %).

Les prix des produits du pétrole et du charbon ont rebondi de 4,6 % en février, à la suite de la baisse de 3,9 % enregistrée en janvier et de la hausse de 4,6 % observée en décembre. En février, les prix des produits pétroliers ont été soulevés par la réduction de l’activité dans certaines raffineries; cependant, les prix des produits du pétrole et du charbon étaient de 16,5 % inférieurs au sommet atteint en juillet 2006. Si les prix des produits du pétrole et du charbon avaient été exclus, l’IPPI aurait progressé de 0,5 % pour un deuxième mois d’affilée, plutôt que d’augmenter de 0,9 %.

Les prix des produits métalliques de première transformation se sont appréciés de 2,9 % en février après avoir baissé de 0,9 % en janvier. Depuis mai 2006, les mouvements à la hausse et à la baisse ont alterné mensuellement, mais leur amplitude s’est réduite au fil du temps, conjointement avec le ralentissement des secteurs de la fabrication et de la construction. Cependant, en février, l’indice a été entraîné par le bond des prix des produits du nickel (+16,9 %) et, dans une moindre mesure, par l’appréciation du cuivre et des alliages du cuivre (+4,9 %); les prix de ces deux métaux ont été soutenus par l’activité encore forte en Asie. Les prix du nickel ont poursuivi leur ascension vers un nouveau sommet sans précédent, et le niveau de l’indice pour février est de 73,8 % supérieur à la moyenne de 2006.

D’autres hausses de prix ont été observées pour les produits chimiques (+1,2 %), la viande, le poisson et les produits laitiers (+1,6 %) et les fruits, les légumes et les aliments pour animaux (+0,7 %), mais leur contribution a été plus faible dans l’évolution de l’IPPI.

En février, la hausse de l’IPPI a été faiblement ralentie par la baisse des prix des véhicules automobiles (-0,3 %) et par celle du bois d’oeuvre et autres produits de bois (-0,3 %).

IPPI : Les métaux de première transformation restent les principaux facteurs à l’origine de la variation sur 12 mois
L’IPPI a augmenté de 4,4 % de février 2006 à février 2007, ce qui représente le taux le plus élevé depuis le sommet atteint en juillet 2006. L’indice des prix des produits industriels a été entraîné par la hausse des prix des métaux de première transformation et, dans une moindre mesure, par la croissance des prix de la pâte de bois et des produits du papier, de ceux des produits du pétrole et du charbon, de ceux de la viande, poissons et produits laitiers, ainsi que de ceux des fruits, des légumes et des aliments pour animaux. Le total de l’IPPI excluant le pétrole et le charbon est en progression pour un 12e mois d’affilée. Si les prix des produits du pétrole et du charbon avaient été exclus, la progression de l’IPPI par rapport à février 2006 aurait été également de 4,4 %.

Les prix des métaux de première transformation se sont élevés de 24,4 % comparativement à février 2006. On indique des hausses de prix d’une année à l’autre pour les produits du nickel (+159,7 %), les produits du cuivre et des alliages du cuivre (+28,5 %), les profilés semi-ouvrés de métaux précieux (+65,9 %), les profilés d’affinage du zinc (+59,2 %) et les produits de l’aluminium (+5,8 %).

Le taux annuel de croissance de l’IPPI a été atténué légèrement par la baisse des prix du bois d’oeuvre et autres produits du bois (-3,7 %) et par celle des produits en caoutchouc, en cuir et en matière plastique (-1,3 %).

IPMB : Hausse des prix du pétrole brut et baisse des métaux non ferreux
Les prix des matières brutes se sont appréciés de 2,6 % en février, soit un taux qui se situe entre la hausse de 5,3 % inscrite en décembre et la baisse de 3,0 % notée en janvier.

Les combustibles minéraux ont le plus contribué, ayant affiché une augmentation de prix de 5,5 %. Le prix du pétrole brut s’est accru de 6,8 %, en raison de la baisse de la production dans des raffineries, alors que le prix du gaz naturel s’est replié de 0,9 % sous l’effet d’une offre excédentaire. Sans les combustibles minéraux, l’IPMB aurait augmenté de 0,2 % par rapport à janvier au lieu d’afficher une hausse de 2,6 %.

À l’exception des métaux non ferreux, tous les autres groupes de produits ont augmenté en février, dont en particulier les prix des substances végétales (+2,2 %) et ceux des animaux et des substances animales (+0,8 %). Parmi les prix des substances végétales, les céréales et les oléagineux ont poursuivi leur tendance à la hausse, ayant enregistré une croissance de 3,0 %, conjointement à la demande soutenue pour les combustibles organiques. Les prix du caoutchouc et des gommes naturelles ont crû de 9,7 % après avoir bondi de 22,3 % en janvier, entraînés à la hausse par les coûts de production. Dans le groupe des animaux et des substances animales, les prix des porcs envoyés à l’abattage ont augmenté de 9,8 %, en raison des coûts de production plus élevés et d’une réduction de l’offre.

Les prix des métaux non ferreux se sont dépréciés de 1,3 %, après avoir connu une baisse de 5,4 % en janvier. En février, la réduction des prix provient presque exclusivement de la chute des prix des concentrés du zinc (-13,7 %).

Sur 12 mois, les prix des matières brutes se sont élevés de 9,1 % en février, ce qui représente un taux d’accroissement supérieur à celui de 3,0 % noté en janvier mais inférieur à celui de 11,8 % inscrit en décembre. Sans les combustibles minéraux, l’IPMB aurait augmenté de 21,5 % au lieu de 9,1 %.

Les métaux non ferreux ont le plus contribué à la progression sur 12 mois, ayant connu des hausses de prix de 50,7 %, principalement en raison des augmentations d’une année à l’autre du prix des concentrés radioactifs et ainsi que de ceux du zinc, du cuivre, du nickel et du plomb.

Les prix se sont également accrus par rapport à l’année précédente pour les substances végétales (+20,0 %), le bois (+14,1 %), les animaux et les substances animales (+3,1 %) et les matières ferreuses (+7,9 %).

Par contre, les prix des combustibles minéraux ont été en baisse de 2,5 %, sous l’effet d’une chute du prix du gaz naturel (-22,2 %), alors que les prix du pétrole brut se sont appréciés de 1,7 %. D’une année à l’autre, les prix du gaz naturel ont baissé pour un huitième mois d’affilée, alors que les réserves ont atteint des niveaux record.

Impact du taux de change
De janvier à février, la valeur du dollar canadien s’est appréciée de 0,4 % par rapport au dollar américain. Par conséquent, sans l’effet du taux de change, l’IPPI global aurait augmenté de 1,0 % au lieu de 0,9 %.

Sur 12 mois, le dollar canadien s’est déprécié de 1,9 % par rapport au dollar américain. Si l’effet du taux de change avait été exclu, les prix à la production auraient monté de 3,9 % au lieu de 4,4 % de février 2006 à février 2007.

Les prix des produits semi-finis augmentent
De janvier à février, les prix des produits semi-finis ont augmenté de 1,2 %. La majorité de la hausse des prix des produits semi-finis dépend presque exclusivement des produits métalliques de première transformation, des produits du pétrole et, dans une moindre mesure, des produits chimiques. D’autres contributions mineures ont été apportées par les produits de la viande, du poisson et des produits laitiers ainsi que par les fruits, les légumes et les aliments pour animaux. Des baisses de prix ont été observées pour les produits de bois d’oeuvre et les véhicules automobiles.

Les fabricants de produits semi-finis ont touché 6,0 % de plus pour leurs produits en février 2007 qu’en février 2006. On observe une hausse des prix des produits métalliques de première transformation, de la pâte de bois et des produits du papier, des produits du pétrole, des fruits, des légumes et des aliments pour animaux, des produits de la viande, du poisson et des produits laitiers.

Quelques baisses de prix ont touché cette croissance annuelle, notamment celles des produits de bois d’oeuvre et celles des produits en caoutchouc, en cuir et en matière plastique.

L’augmentation des prix du pétrole a entraîné les produits finis
De janvier à février, les prix des produits finis ont augmenté de 0,6 %, entraînés par le bond des produits du pétrole et du charbon et, dans une moindre mesure, par les produits de la viande, du poisson et les produits laitiers. Par contre, la croissance des prix des produits finis a été modérée par la baisse des prix des véhicules automobiles.

Depuis février 2006, les prix des produits finis ont monté de 1,9 %. On constate des hausses de prix pour les produits du pétrole et du charbon, des véhicules automobiles, des produits du tabac, de la viande, du poisson et des produits laitiers, des fruits, des légumes et des aliments pour animaux, des machines et matériel, des produits électriques et de communication ainsi que des produits chimiques.

Indices des prix des produits industriels

(1997=100)

 Importance relativeFévrier 2006Janvier 2007rFévrier 2007pFévrier 2006 à février 2007Janvier à février 2007
     variation en %
Indices des prix des produits industriels (IPPI)100,00111,5115,4116,44,40,9
IPPI sans les produits du pétrole et du charbon 94,32106,8110,9111,54,40,5
Agrégations par produits      
Viande, poisson et produits laitiers5,78106,0108,7110,44,21,6
Fruits, légumes, aliments pour animaux et autres produits alimentaires5,99103,9107,2107,93,80,7
Boissons1,57122,1122,9122,80,6-0,1
Tabac et produits du tabac0,63183,1200,7200,79,60,0
Produits en caoutchouc, en cuir et en matière plastique3,30118,8117,2117,2-1,30,0
Produits textiles1,58100,2100,8100,70,5-0,1
Produits en tricot et vêtements1,51104,7104,4104,3-0,4-0,1
Bois d’oeuvre et autres produits de bois6,3090,887,787,4-3,7-0,3
Meubles et articles d’ameublement1,59117,5118,6118,60,90,0
Pâte de bois et produits de papier7,23103,1108,7108,85,50,1
Impression et édition1,70115,6116,8116,71,0-0,1
Produits métalliques de première transformation7,80124,1150,1154,424,42,9
Semi-produits métalliques4,11122,0123,8124,11,70,2
Machines et matériel5,48106,9108,2108,11,1-0,1
Véhicules automobiles et autre matériel de transport22,1693,494,694,31,0-0,3
Produits électriques et de communication5,7793,295,695,42,4-0,2
Produits minéraux non métalliques1,98118,6121,2121,32,30,1
Produits du pétrole et du charbon15,68199,2197,3206,33,64,6
Produits chimiques7,07123,8123,6125,11,11,2
Divers produits manufacturés2,40112,0114,4114,92,60,4
Divers produits non manufacturés0,38205,9345,3358,274,03,7
Produits semi-finis260,14114,4119,9121,36,01,2
Produits semi-finis de première étape37,71129,3156,9161,324,72,8
Produits semi-finis de deuxième étape452,43112,2114,3115,22,70,8
Produits finis539,86107,2108,6109,21,90,6
Aliments de consommation et aliments pour animaux8,50112,8114,2114,71,70,4
Matériel capitalisé11,73100,5102,0101,81,3-0,2
Tous les autres produits finis19,63108,8110,2111,22,20,9
rrévisé
pprovisoire
1.L’indice du mois courant est estimé.
2.Les produits semi-finis sont des produits qui servent principalement à la production d’autres biens.
3.Les produits semi-finis de première étape servent le plus souvent à produire d’autres produits semi-finis.
4.Les produits semi-finis de deuxième étape sont utilisés le plus souvent pour produire des produits finals.
5.Les produits finis sont le plus souvent utilisés pour la consommation immédiate ou les investissements.

Indices des prix des matières brutes

(1997=100)

 Importance relativeFévrier 2006Janvier 2007rFévrier 2007pFévrier 2006 à février 2007Janvier à février 2007
     variation en %
Indice des prix des matières brutes (IPMB)100,00151,1160,7164,99,12,6
Combustibles minéraux35,16247,8229,1241,7-2,55,5
Substances végétales10,2882,396,798,820,02,2
Animaux et substances animales20,30104,1106,5107,33,10,8
Bois15,6073,383,483,614,10,2
Matières ferreuses3,36124,4131,4134,27,92,1
Métaux non ferreux12,93153,5234,3231,350,7-1,3
Minéraux non métalliques2,38141,6143,0143,01,00,0
IPMB sans les combustibles minéraux64,84106,4129,1129,321,50,2
rrévisé
pprovisoire

Note aux lecteurs
L’Indice des prix des produits industriels (IPPI) reflète les prix que les producteurs canadiens reçoivent au moment où les produits franchissent les portes de l’usine. Il ne reflète pas ce que le consommateur paie. Contrairement à l’Indice des prix à la consommation, l’IPPI exclut les impôts indirects et tous les coûts qui surviennent entre le moment où un produit sort de l’usine et le moment où l’utilisateur final en prend possession, ce qui comprend les coûts du transport, des commerces de gros et de détail.Les producteurs canadiens exportent de nombreux biens. Ils indiquent souvent leurs prix en devises étrangères, en particulier dans le cas des véhicules automobiles, de la pâte de bois, du papier et des produits du bois. Les fluctuations du dollar canadien par rapport à la devise américaine se répercutent par conséquent sur l’IPPI.L’Indice des prix des matières brutes (IPMB) est représentatif des prix que paient les fabricants canadiens pour les principales matières brutes. Un grand nombre de ces prix sont fixés sur le marché mondial. Contrairement à l’IPPI, l’IPMB comprend des biens qui ne sont pas produits au Canada.

Le numéro de février 2007 de la publication Indices des prix de l’industrie (62-011-XIF, gratuite) paraîtra bientôt. Les données de mars sur les indices des prix des produits industriels et des matières brutes seront diffusées le 1er mai.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires