Injonction pour retarder l’ouverture de la frontière américaine : les producteurs de bovins du Québec sont extrêmement déçus

Longueuil (Québec), 2 mars 2005 – C’est avec une grande déception que la Fédération des producteurs de bovins du Québec a accueilli la décision du juge Richard Cebull de la Cour fédérale du district du Montana qui vient d’accorder une injonction intérimaire au groupe de producteurs américains connu sous le nom de R-Calf USA, retardant la réouverture des frontières aux exportations de boeuf canadien.

Les producteurs de bovins sont d’autant plus déçus que la démarcheentreprise par le Département américain de l’agriculture (USDA) dans sonprojet de réouverture des frontières aux bovins de moins de 30 mois et àcertains produits de viande était très rigoureuse. En plus d’avoir suivi à lalettre le processus réglementaire, le projet du USDA reposait sur desfondements scientifiques et respectait les règles de l’Office internationaldes épizooties (OIE).

La Fédération souhaite maintenant que le gouvernement américain contesteénergiquement la décision du juge Cebull et prenne tous les moyens nécessairespour lever cet obstacle afin que les Etats-Unis procèdent à la réouverture desfrontières au boeuf canadien dès le 7 mars prochain, comme prévu.

Rappelons que la découverte d’un cas d’ESB en Alberta, le 20 mai 2003, aentraîné la fermeture immédiate des frontières à l’exportation et mené lesecteur bovin dans une crise sans précédent. Encore aujourd’hui, l’embargoaffecte 60 % des produits bovins et se traduit par des chutes de priximportantes pour les producteurs.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ)
http://www.bovin.qc.ca/

Office international des épizooties (OIE)
http://www.oie.int/

Ranchers-Cattlemen’s Action Legal Fund (R-CALF)
http://www.rcalf.com/

United States Department of Agriculture (USDA)
http://www.usda.gov/

Commentaires