La Chine, la viande porcine et nous

Il y a plus de liens que vous ne le croyez entre les producteurs de maïs d’ici, les éleveurs porcins de l’Amérique du Nord et l’état du cheptel en Chine.

La consommation de viande de porc croît à une vitesse phénoménale, en Chine. Mais le cheptel porcin connaît un creux historique. Résultat ? Les importations de viande augmentent. On estime que les importations de viande de porc des États-Unis vers la Chine atteindront 840 000 tonnes l’année prochaine.

Pourquoi le cheptel chinois décline-t-il ? Les acheteurs chinois se tourneraient vers les sources étrangères parce qu’ils ont davantage confiance en la qualité de la viande (on met en doute l’innocuité de plusieurs grands sites de transformation en Chine) et la viande chinoise serait également plus chère, selon Agrimoney.com. Ces deux raisons ont entraîné le déclin du cheptel. Les autorités chinoises ont réagi en achetant des stocks pour maintenir la profitabilité des élevages, mais cette mesure n’a pas suffi.

Cependant, les experts nord-américains avaient prévu que les exportations de maïs destiné à l’alimentation des porcs en Chine allaient augmenter de façon importante. Ils révisent maintenant leurs pronostics car tout indique que cela dépendra des conditions sanitaires prévalant en Chine (maintien de la chaîne de froid, innocuité de la viande, etc.) et de la croissance éventuelle du cheptel.

Mais qu’importe si ce maïs sert à nourrir des porcs élevés en Chine ou en Amérique du Nord, les résultats seront les mêmes sur la demande. En fait, on estime que la demande pour la viande de porc en Chine aura un impact équivalent ou supérieur sur la production de maïs que celui qui a été généré par l’adoption des politiques énergétiques obligeant la conversion de maïs en éthanol aux Etats-Unis.

Alors qu’il se consommait 11 kilogrammes de viande de porc par habitant par année en 1980 en Chine, ce chiffre a maintenant atteint 38 kilogrammes. Il est de 80 kilogrammes à Hong Kong. La Chine compte 1,36 milliard d’habitants. Ils représentent 20 % des 6,8 milliards d’individus vivant dans le monde. Si la consommation de viande de porc dans les provinces chinoises atteint celle de Hong Kong, il faudra l’équivalent de la moitié de la production américaine de maïs pour nourrir les animaux…

à propos de l'auteur

Articles récents de Isabelle Bérubé

Commentaires