La colonisation par E. coli O157 affiche une réduction de 92 % chez les bovins vaccinés avec Econiche

Belleville (Ontario), 13 mars 2009 – Bioniche Life Sciences Inc. (BNC à la Bourse de Toronto), société biopharmaceutique canadienne de recherche axée sur la technologie, a annoncé que les résultats d’une vaste étude menée dans des parcs d’engraissement commerciaux de bovins qui avaient reçu le vaccin Econiche(MC) contre E. coli O157 de la Société ont été publiés dans l’édition de ce mois-ci de Foodborne Pathogens and Disease (vol. 6, numéro 2, 2009), revue scientifique révisée par des pairs.

L’article s’intitule « A Two-Dose Regimen of a Vaccine Against Type IIISecreted Proteins Reduced Escherichia coli O157:H7 Colonization of theTerminal Rectum in Beef Cattle in Commercial Feedlots ». Ses auteurs sont DavidR. Smith, Rodney A. Moxley, Robert E. Peterson, Terry J. Klopfenstein, GalenE. Erickson, Gustavo Bretschneider, Emil M. Berberov et Sharon Clowser.

L’article résume un essai clinique du vaccin mené à vaste échelle sur desbovins à l’engraissement, lequel visait à vérifier l’efficacité d’un programmede vaccination comportant deux doses du vaccin Econiche contre les protéinesde type III, secrétées par Escherichia coli O157:H7 entérohémorragique, sur laprobabilité de détecter le même micro-organisme sur la muqueuse du rectumterminal comme mesure de colonisation de l’intestin. Chez les bovins, lamuqueuse du rectum terminal est le point de colonisation par E. coli O157 leplus important. Le vaccin a été administré à toutes les bêtes dans des enclostraités à l’arrivée, puis une nouvelle fois. Au moment de l’abattage, on aprélevé la muqueuse du rectum terminal d’un échantillon de bêtes provenantd’enclos vaccinés et d’enclos non vaccinés. L’essai a porté sur 718 bovinsprovenant de 21 enclos (11 vaccinés et 10 non vaccinés) contenant au total 3683 bovins. Une culture a révélé la présence de E. coli O157:H7 dans 68 des718 (9,5 %) prélèvements de muqueuses du rectum terminal. Plus précisément, 11des 382 bovins vaccinés (2,9 %) et 57 des 336 bovins non vaccinés (17 %) ontprésenté une culture positive. D’après un modèle logistique à plusieursniveaux, les bovins vaccinés étaient 92 % moins susceptibles d’être coloniséspar E. coli O157:H7 que les bovins non vaccinés (rapport de cotes=0,07, p=0,0008). Il s’agit de la seconde étude publiée quidémontre que le vaccin de Bioniche est efficace à plus de 90 % contre lacolonisation par E.Coli.

Les chercheurs en ont conclu que le programme de vaccination à deux dosesréduit la probabilité de colonisation par E. coli O157:H7 de la muqueuse durectum terminal des bovins à l’engraissement, au moment de l’abattage. « Commeen atteste l’étude, le nombre de jours écoulés entre la première dose duvaccin à l’arrivée et la deuxième dose peut varier beaucoup dans les parcsd’engraissement », a déclaré le Dr David Smith, vétérinaire-conseil spécialiséen vaches laitières et en bovins de boucherie au département de sciencesvétérinaires et biomédicales de l’University of Nebraska-Lincoln. « Cependant,nous n’avons trouvé aucune preuve indiquant que ce facteur aurait eu uneincidence sur l’efficacité du vaccin. Par conséquent, les gestionnaires deparcs d’engraissement disposent d’une certaine flexibilité quant au délaid’administration de la deuxième dose du vaccin sans risquer de nuire à sonefficacité. Il est important que les stratégies d’intervention avantl’abattage demeurent efficaces jusqu’au moment de l’abattage. Parmi lesobservations de cette étude, l’effet protecteur du vaccin n’a pas été modifiélorsque le nombre de jours entre la deuxième dose et l’abattage augmentait. »Cette observation corrobore les résultats des essais cliniques longitudinauxmenés sur le vaccin de Bioniche et publiés en 2004, 2007 et 2008.

Le vaccin Econiche(MC) mis au point par la société est le premier vaccinau monde visant à réduire l’excrétion par le bétail de la souche bactérienneEscherichia coli (E. coli) O157:H7. Econiche a obtenu une approbation delicence complète de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) enoctobre 2008 et il peut être utilisé sans restriction par les producteurs deviande bovine canadiens et par leurs vétérinaires.

L’USDA a ouvert la voie vers un permis conditionnel en février 2008, etla société est sur le point de franchir les étapes de fabrication requises auxÉ.-U.

Econiche est une découverte canadienne mise au point par Bioniche LifeSciences Inc. Le vaccin peut réduire considérablement la quantité d’E. coliO157 rejetée dans l’environnement par les bovins laitiers et de boucherie et,ce faisant, diminuer le risque pour la santé humaine. La plupart des souchesd’E. coli sont inoffensives, mais certaines, dont O157:H7, peuvent causer degraves maladies et même être mortelles lorsque des humains consomment de laviande, des légumes ou de l’eau contaminés. La vaccination du bétail avecEconiche peut contribuer à réduire le risque de contamination des aliments oude l’eau par E. coli O157:H7.

« Les vaches sont porteuses d’E. coli O157:H7, mais la bactérie ne lesrend pas malades. La maladie se manifeste chez les humains qui ont consommédes aliments ou de l’eau contaminés, généralement par des excréments devache », a expliqué Brett Finlay, Ph. D., microbiologiste et spécialiste desmaladies bactériennes de l’Université de la Colombie-Britannique, dont lestravaux de recherche ont mené à la mise au point du vaccin. « Si nous empêchonsla colonisation des vaches par O157, nous réduirons à la base le nombred’humains susceptibles d’y être exposés et, par conséquent, les taux de lamaladie chez l’humain. »

Les interventions à la ferme visant à réduire l’excrétion d’E. coliO157:H7 par le bétail, telles qu’une simple vaccination du bétail avecEconiche, peuvent réduire la contamination des aliments et de l’eau ainsi queles conséquences de l’infection humaine par cette bactérie mortelle. Desessais cliniques réalisés sur Econiche ont révélé une réduction importante dela quantité d’E. coli excrétée dans le fumier des vaches vaccinées.

Chez l’humain, l’exposition et l’infection à E. coli O157:H7 peuventavoir de graves conséquences sur la santé, notamment des douleurs abdominaleset une forte diarrhée sanglante. Dans les cas graves, elle peut être àl’origine de lésions rénales menant à de sérieuses complications, pouvant mêmecauser la mort.

Econiche est fabriqué dans les installations de production de Bioniche àBelleville, en Ontario. Des travaux d’agrandissement d’une valeur de 25 M$sont en cours dans ces installations et ont reçu le soutien du gouvernement del’Ontario et du gouvernement fédéral. L’approvisionnement en vaccins seralimité pendant ces travaux.

E. coli O157:H7
On estime que 100 000 cas d’infection humaine à E. coli O157:H7 sontsignalés chaque année en Amérique du Nord. De 2 % à 7 % des personnesinfectées développent le syndrome hémolytique et urémique (SHU), maladiecaractérisée par une insuffisance rénale (lors de récentes éclosions, cetteproportion a grimpé jusqu’à 16 %). Cinq pour cent des patients atteints dusyndrome hémolytique et urémique en meurent; parmi eux, beaucoup d’enfants etde personnes âgées, chez qui les reins sont plus sensibles aux lésions.

Outre par la consommation d’eau et d’aliments contaminés, l’infection àE. coli O157:H7 peut survenir pendant la visite d’une exposition d’animaux.Les zoos pour enfants, les foires et les expositions agricoles fournissent denombreuses voies de transmission de E. coli. Bien que le contact direct avecun animal soit la voie la plus évidente, le contact avec des produitscontaminés (p. ex., bran de scie, copeaux, chaussures ou vêtements souillés)peut également provoquer une infection humaine.

Econiche
En septembre 2007, Econiche a obtenu une reconnaissance internationaleavec le prix « Animal Pharm Industry Excellence » à titre de meilleur nouveauproduit vétérinaire pour le bétail. Il a été mis au point dans le cadre d’unealliance stratégique formée en 2000 entre l’Université de laColombie-Britannique, l’Alberta Research Council (ARC), la Vaccine andInfectious Disease Organization (VIDO) de l’Université de la Saskatchewan etBioniche, qui détient les droits de commercialisation mondiale du vaccin. Levaccin empêche la bactérie E. coli O157 de se fixer aux intestins des bovins,réduisant sa prolifération dans l’animal et ainsi la quantité de bactériesdispersées dans l’environnement avec le fumier. Au cours des six dernièresannées, plus de 30 000 bovins ont été vaccinés dans le cadre de testscliniques.

Deux articles ont été publiés dans une revue révisée par des pairs, soitle Journal of Food Protection, au sujet de l’efficacité d’Econiche. Cesarticles étaient liés à des études de provocation sur le terrain réalisées àl’University of Nebraska-Lincoln et menées chez près de 900 animaux en 2002 eten 2003. Parmi les conclusions des chercheurs David Smith et Rod Moxley et al: Le fait de vacciner la majorité des bovins d’un enclos a un effetimmunoprotecteur considérable sur les bovins non vaccinés du même enclos,phénomène appelé « immunité collective ». Un autre article a été publié dans lenuméro 5 du volume 5 de 2008 de Foodborne Pathogens and Disease. Il décrit lesrésultats d’un essai clinique du vaccin sur des bovins à l’engraissement,lequel visait à vérifier l’efficacité d’un programme de vaccination à deuxdoses du vaccin Econiche contre les protéines de type III, secrétées parEscherichia coli O157:H7 entérohémorragique, sur la probabilité de détecter lemicro-organisme sur des dispositifs d’échantillonnage dans l’environnement desanimaux.

Foodborne Pathogens and Disease
Cette revue internationale, révisée par des pairs, publie des articlesoriginaux et de brèves communications sur la recherche et sur les maladiescausées par les agents pathogènes d’origine alimentaire. Les sujets traitéscomprennent les nouveaux agents pathogènes, l’émergence de la résistance auxmédicaments, les méthodes et technologies de détection rapide et exacte, lesméthodes de destruction ou de prévention des agents pathogènes d’originealimentaire dans la production et la transformation des aliments ainsi quel’élaboration de nouvelles stratégies de prévention et de suppression desmaladies des plantes et des animaux qui ont une incidence sur la salubrité desaliments. À l’occasion, la revue publie également des études et des rapportsspéciaux sur des sujets tels que l’agroterrorisme et la salubrité des produitsalimentaires biologiques et des produits génétiquement modifiés.

Bioniche Life Sciences Inc.
Bioniche Life Sciences Inc. est une société biopharmaceutique canadiennede recherche axée sur la technologie qui découvre, met au point, fabrique etcommercialise des produits exclusifs destinés au marché mondial de la santéhumaine et animale. La société entièrement intégrée emploie environ 200personnes qualifiées évoluant au sein de trois divisions : santé humaine,santé animale et salubrité des aliments. Le principal objectif de la sociétéest la mise au point de traitements anticancéreux exclusifs dont lefinancement est assuré par la commercialisation des produits de santé animaleet humaine. Bioniche a été classée parmi les 50 Employeurs de choix au Canada,petites et moyennes entreprises, pour 2009.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bioniche Life Sciences Inc.
http://www.bioniche.com/

Commentaires