La Fédération des producteurs de porcs et les abattoirs s’entendent sur une nouvelle convention

Longueuil (Québec), 12 mai 2009 – Au terme de 18 mois de discussions et de négociations intensives, producteurs de porcs et abattoirs québécois s’entendent sur une nouvelle convention de mise en marché à caractère historique.

Les quelque 3 900 producteurs de porcs représentés par la Fédération desproducteurs de porcs du Québec (FPPQ) et la presque totalité des abattoirsreprésentant 98 % des porcs d’abattage ont signé un nouveau texte deconvention, dressant une façon innovatrice et porteuse de faire des affaires.

« C’est un grand moment pour nous et nos partenaires, commente M. Jean-GuyVincent, président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec. Cettenouvelle convention démontre bien la volonté de tous à travailler ensemblepour créer un avenir prospère pour la filière porcine québécoise surtout surl’échiquier mondial. »

« Dès le départ nous avons signé la convention avec la conviction dedévelopper une relation d’affaires durable avec les producteurs, selon RéjeanNadeau, président directeur général d’Olymel. On y croit et surtout on veuttravailler ensemble afin d’être plus fort devant la concurrence mondiale. »

Tout au long des discussions, la FPPQ a toujours pris soin de préserverla mise en marché collective. La nouvelle convention prévoit des changementsmajeurs dans les mécanismes de mise en marché des porcs québécois. Comme parexemple, tous les porcs seront assignés aux abattoirs, ce qui modifiera lastructure de l’encan électronique de la FPPQ, entité où se transige la ventedes porcs depuis 20 ans. Le mécanisme d’enchères permettant de fixer les prixcessera définitivement au moment de l’entrée en vigueur de la nouvelleconvention.

Tous ont été unanimes :

« Le nouveau projet de convention, avec les assignations de porcs auxmêmes usines, amènera une amélioration des échanges entre producteurs ettransformateurs, commente Vincent Breton des Viandes du Breton Inc. Grâce àces nouveaux canaux de communications, nous envisageons positivement denouvelles opportunités d’améliorations de l’industrie. »

« Pour nous, l’assurance des acheteurs que l’industrie, globalement,apportera une meilleure équité envers les partenaires au niveau des porcsd’abattage était primordiale. » ajoute Mario Côté des abattoirs Hébert.

« Les dernières semaines ont démontré le bon vouloir de tous de faire desefforts pour en arriver à une bonne entente entre les producteurs et lesabattoirs, selon M. Jean-François Proulx, directeur d’usine, Viandes DubreuilInc. Aussi ces efforts devraient se faire sentir dans les relations d’affairesentre les parties et aider la mise en marché des porcs au Québec. »

On se souviendra qu’à la suite du rapport Coulombe déposé en mars 2008,la FPPQ a décidé de suivre les pistes de solutions proposées par ce dernier.Pour y arriver, la FPPQ a retenu les services d’un négociateur, transformateurde carrière, M. Marcel Ostiguy, qui a entrepris les discussions en compagniede M. Jean-Guy Vincent avec les abattoirs au cours de l’année 2008. Lesnégociations se sont intensifiées pour arriver à une entente de principe enjuin 2008 avec 5 abattoirs. Au moment de ratifier le document en décembre2008, un seul signataire y était encore, Olymel, ce qui a forcé les parties àutiliser les services d’un facilitateur, M. Guy Blanchet. Au terme de lapériode de conciliation en février 2009, toujours devant l’impasse, lesparties se sont rendues devant la Régie afin d’entamer les procéduresd’arbitrage. Contre toute attente, les négociations se sont poursuivies jouret nuit jusqu’à la date ultime du 8 mai pour enfin en venir à une ententenégociée de toutes pièces.

« Tout d’abord, nous tenons à remercier les abattoirs qui ont fait preuved’une grande ouverture tout au long des négociations, ajoute M. Vincent. Jetiens également à remercier chaleureusement le conseil d’administration et lespermanents de la FPPQ qui ont réalisé un exploit en menant de main de maîtreles pourparlers pour en arriver à une entente profitable pour tous. »

A propos de la FPPQ
La Fédération des producteurs de porcs du Québec représente les intérêtsde 3 900 producteurs, répartis dans 12 syndicats régionaux. Les producteursproduisent plus de 7,5 millions de porcs annuellement et génèrent desretombées économiques de plus de 1,5 milliards de dollars dont bénéficienttoutes les régions de la province. Au Québec, la production porcine emploie 24000 personnes. 60 % de la production porcine est exportée vers plus de 75pays.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires