La Financière agricole dépose son rapport annuel 2007-2008

Lévis (Québec), 30 octobre 2008 – Le rapport annuel 2007-2008 de La Financière agricole du Québec a été déposé à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec, M. Laurent Lessard.

Le bilan des diverses actions menées par La Financière agricole témoignedu rôle de chef de file que cette organisation, née d’une concertation entrele gouvernement du Québec et le monde agricole, joue dans le développement,l’adaptation et la pérennité des entreprises agricoles québécoises. En2007-2008, le portefeuille de prêts de La Financière agricole a atteint4,3 milliards de dollars et celle-ci a administré des valeurs assurées del’ordre de 4,6 milliards de dollars.

« En 2007-2008, La Financière agricole du Québec a poursuivi, par sesinterventions structurantes, son rôle stratégique de soutien etd’accompagnement auprès des entrepreneurs agricoles. Elle a aussi apporté sacontribution au développement des petites et moyennes entreprisesagroalimentaires. Je tiens d’ailleurs à souligner l’apport et l’engagementessentiels de l’ensemble de nos employés à la réalisation de cette mission àlaquelle nous sommes pleinement dédiés » de rappeler son président-directeurgénéral, M. Jacques Brind’Amour.

« Aux prises avec une conjoncture économique particulièrement éprouvantecette année encore, La Financière agricole ne s’est pas moins acquittée de samission avec efficience et efficacité, sinon davantage. En fait, lesconséquences de cette difficile conjoncture ne doivent en rien porter ombrageà la prestation d’ensemble de l’organisation, bien au contraire », a pour sapart insisté, le président du conseil d’administration, M. Christian Lacasse.

Acteur clé du financement agricole au Québec

Au cours de l’exercice financier 2007-2008, l’ensemble des prêts et desouvertures de crédit autorisés se sont élevés à 807 millions de dollars. Onconstate une hausse de 3 % du nombre de prêts à terme autorisés. En dépitd’une conjoncture encore incertaine dans certains secteurs, le volumed’activités en financement des deux dernières années est demeuré important encomparaison des années précédentes.

Ce sont la production laitière, avec 57 %, la production horticole, 8 %,la production porcine, 7 % et finalement les grandes cultures, 7 %, quiaffichent les plus importantes parts du volume de financement autorisé en2007-2008. Par ailleurs, les prêts autorisés à l’égard du financementforestier ont totalisé 19,5 millions de dollars.

Un appui ferme à la relève

La Financière agricole a apporté une attention particulière à la relèveagricole, encore cette année. Ainsi, 371 personnes oeuvrant au sein de 355entreprises se sont vues autoriser une subvention à l’établissement, pour unmontant totalisant 9,8 millions de dollars. Il s’agit d’une hausse de 5 %. Lessubventions au démarrage ont, pour leur part, augmenté de 57 % avec plus de990 000 dollars accordés à 99 entreprises. Ce sont donc 470 jeunes qui ont étéappuyés par La Financière agricole dans leur projet d’établissement ou dedémarrage. De plus, 417 entreprises ont bénéficié d’une subvention àl’encadrement, pour un montant global de 625 000 $, une augmentation de 26 %.Au total, ce sont plus de 11 millions de dollars qui ont été autorisés en2007-2008 afin d’appuyer la relève agricole.

Un soutien indéniable au secteur agricole québécois en matière de gestion des risques

La Financière agricole offre des programmes d’assurance et de protectiondu revenu qui permettent de soutenir le secteur agricole québécois en matièrede gestion des risques.

En 2007-2008, le Programme d’assurance stabilisation des revenusagricoles (ASRA) a couvert plus de 16 600 producteurs. Le total descontributions s’est élevé à 485 millions de dollars. Les valeurs assurées enproductions végétales et animales représentaient plus de 3,5 milliards dedollars. Pour la même période, les compensations du programme ASRAcomplémentaire, après considération des prévisions des paiements du programmeAgri-stabilité, a représenté 632,1 millions de dollars, dont 217,2 millionspour le secteur céréalier, 181 millions pour le secteur porcin et212,2 millions pour le secteur des bovins de boucherie.

Quant au Programme d’assurance récolte (ASREC), près de 13 400entreprises y ont adhéré en 2007-2008. Les contributions aux primes onttotalisé 72,9 millions de dollars et l’organisation a accordé des indemnitésde 43,1 millions de dollars.

Interventions spéciales en protection du revenu

La Financière agricole s’est vue confier l’administration de programmesspéciaux, dont notamment, le programme Indemnité pour coûts de production.Celui-ci vise à absorber la hausse des coûts de production des dernièresannées. Par ce programme, auquel a fortement contribué le gouvernement duCanada, La Financière agricole a versé une aide de 44,4 millions de dollarsdirectement aux entreprises agricoles du Québec.

En plus, outre le volet financier du Programme d’aide spéciale auxexploitations porcines touchées par le syndrome de dépérissement postsevrage,La Financière agricole a administré le volet permettant l’octroi d’unecompensation lorsque le taux de mortalité des porcs dans l’entreprise viséedépassait 6 %. Au 31 mars, les débours s’élèvent à 9,5 millions de dollarspour ce volet.

L’écoconditionnalité, une préoccupation importante pour l’organisation

En 2007, La Financière agricole a adopté deux nouvelles mesuresd’écoconditionnalité : la protection des bandes riveraines, découlant de laPolitique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, etl’interdiction d’accroître la superficie cultivée dans certaines municipalitésidentifiées. Des modifications ont également été apportées à la mesured’écoconditionnalité liée au bilan de phosphore.

La poursuite de la modernisation de nos moyens d’intervention – Prestation électronique de services

La Financière agricole a implanté, en novembre 2007, un nouveau dossieren ligne destiné à l’ensemble des entreprises agricoles. Ce dossier intègretous les produits financiers détenus par l’entreprise agricole, les donnéesfinancières des cinq dernières années, certaines transactions électroniquesainsi que l’accès au plan de ferme de l’entreprise. En date du 31 mars 2008,près de 6 200 entreprises agricoles avaient adhéré à leur dossier en ligne,soit 23 % de la clientèle.

En appui au secteur agroalimentaire – Investissements de Capital Financière agricole

Capital Financière agricole inc., filiale d’investissement en capital derisque créée en 2002, a autorisé douze investissements en 2007-2008, pour unmontant total de 5,2 millions de dollars. De ces projets, trois ont étéréalisés avec d’autres partenaires financiers. Ces investissements ont permisde soutenir des projets totalisant 20 millions de dollars, de créer 85 emploiset d’en maintenir quelque 325 autres. Depuis sa création, CFAI a autorisé plusd’une cinquantaine d’investissements et est devenue une référence en capitalde risque pour les petites et moyennes entreprises du secteur agroalimentaire.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Financière agricole du Québec
http://www.financiereagricole.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Programmes financiers pour l’agriculture
http://www.agr.gc.ca/ffp

Commentaires