La production alimentaire en péril selon Statistique Canada

Statistique Canada s’est penchée sur le rôle des travailleurs étrangers temporaires (TET) dans le secteur agricole canadien. Présent depuis 20 ans, leur nombre a augmenté graduellement pour atteindre 55 000 en 2018. En raison du rôle névralgique qu’ils occupent dans des moments clefs de la production alimentaire, les restrictions frontalières fragilisent l’accès à cette main-d’œuvre, ce qui fait dire à l’organisme qu’elles “pourraient mettre en péril la production alimentaire nationale au Canada, tout particulièrement les cultures horticoles”. Ceci est d’autant plus grave que le secteur agricole est “naturellement vulnérable”.

L’organisme rappelle que la main-d’œuvre saisonnière est requise pour la production, à des moments très précis de l’année, plus particulièrement lors de la plantation au printemps et de la récolte à l’été et à l’automne.

Le président de l’UPA, Marcel Groleau, a rappelé plusieurs fois depuis le début de la crise le rôle important de ces travailleurs et l’importance d’assurer leur entrée au pays. Quelques centaines d’entre eux sont arrivés depuis la fermeture des frontières.

Près de 85 % des emplois pourvus par des TET se trouvaient en effet sur des fermes horticoles, pour un total de  2 393 fermes. De plus, 68 % de ces emplois se trouvaient sur de grandes fermes dont les recettes brutes atteignaient au moins 2 M$. Statistique Canada estime que 8,4 G$ étaient attribuables à l’industrie de l’horticulture, qui comprend les fruits et légumes, ainsi que les serres.

Source: Statistique Canada

La plupart de ces travailleurs se retrouvent dans trois provinces, soient l’Ontario, le Québec et la Colombie Britannique. Pour le Québec, même si leur nombre est proportionnellement moins élevé qu’ailleurs, les TET se retrouvent dans plus de fermes. Ils travaillaient dans 1259 entreprises pour un total de 14 653 emplois en 2018, soit 26% des TET au Canada.

Source: Statistique Canada

En 2018, les travailleurs étrangers temporaires venaient de près de 100 pays, mais la majorité d’entre eux étaient originaires du Mexique (51 %), du Guatemala (20 %) et de la Jamaïque (18 %).

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires