La sécheresse est moins inquiétante pour les cultures que la canicule de 2003, estime Dominique Bussereau

Paris (France), 10 août 2005 – « La situation agricole est préoccupante mais moins inquiétante qu’en 2003 » pendant la canicule, estime le ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau, qui salue « la prise de conscience très claire des agriculteurs » face à la sécheresse.

Dans un entretien paraissant dans l’hebdomadaire « Valeurs actuelles » daté de vendredi, Dominique Bussereau observe qu’« il y a eu une prise de conscience très claire de la profession (agricole) qui est prête à réagir ».

Ainsi, « l’agriculture consomme beaucoup moins d’eau qu’autrefois », précise-t-il, citant en exemple la Charente-Maritime où les agriculteurs consomment « quatre fois moins d’eau » qu’il y a vingt ans. Après un hiver 2004-2005 sec, le monde agricole a anticipé la sécheresse de l’été et « a diminué ses semences de maïs », qui a reculé de 20% en Charente-Maritime, salue encore le ministre.

Dominique Bussereau explique que la situation agricole est « moins inquiétante » qu’en 2003, quand les récoltes avaient été fortement réduites par la canicule.

« La situation peut être tendue dans certaines zones pour l’approvisionnement en fourrages », constate-t-il, mais « la moisson 2005 s’annonce supérieure à la moyenne des dernières années » et le manque d’eau « ne semble pas affecter le potentiel de rendement en fruits et légumes ».

Le ministre rappelle que la France a demandé à Bruxelles l’autorisation d’utiliser les champs en jachère pour l’alimentation du bétail dans l’ensemble de la France métropolitaine pour faire face au manque de fourrage dans certaines régions d’élevage.

Source : AP

Commentaires