La SGF investi dans les produits forestiers et l’agroalimentaire en Gaspésie-Île-de-la-Madeleine

Montréal (Québec), 2 mai 2002 – De passage en Gaspésie, dans le cadre d’une
tournée régionale, le président du conseil, président et chef de la direction
de la SGF, M. Claude Blanchet a fait le bilan des actions posées depuis 1998
par la Société afin de soutenir le développement économique du Québec. Il a
également fait état des réalisations spécifiques de la SGF et de ses filiales

dans la région de la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine. Ainsi, 551 millions de
dollars ont été investis en partenariat avec le secteur privé dans neuf
entreprises ayant des activités dans ces régions, créant 1 200 emplois directs
et indirects en phase d’exploitation et plus de 2 600 emplois équivalents
année-personne en phase de construction.

« Au terme de notre plan quinquennal, il est pertinent de faire un bilan
de nos interventions. Ainsi, dans les régions de la Gaspésie-Iles-de-la-
Madeleine, la SGF a investi dans deux secteurs d’activité : les produits
forestiers et l’agroalimentaire. La SGF a conclu des partenariats afin de
relancer des entreprises comme Gaspésia et l’Usine de congélation de Newport
contribuant ainsi à épauler le dynamisme économique régional », a déclaré le
PDG de la SGF. Les partenaires dans le projet de la Gaspésia, Tembec, le Fonds
de solidarité FTQ et SGF Rexfor, se sont d’ailleurs tous retrouvés à Chandler

pour une présentation aux employés lors de laquelle ils ont dévoilé l’agenda
des travaux de mise en forme de l’usine. M. Blanchet a enfin tenu à souligner
le travail effectué par SGF-Rexfor, filiale de la SGF qui a généré, au cours
de la seule dernière année, des projets totalisant plus de 1,5 milliard de
dollars.

Dans le cadre de son plan 1998-2002, la SGF s’était engagée à investir
2 milliards de dollars afin de générer des investissements totaux de
10 milliards de dollars dans dix secteurs de l’économie québécoise. « Nous
avons à ce jour investi en partenariat 7,5 milliards de dollars. Au terme de
la réalisation de notre plan stratégique, nous sommes confiants d’atteindre
notre objectif. Par ailleurs, si on considère l’effet de nos interventions sur
le PIB, nos investissements ont généré une valeur ajoutée de 4,8 milliards de

dollars ce qui représente l’équivalent d’un ajout de 0,6 % au taux annuel
moyen de croissance du PIB pour la période, soit 3,6 % au lieu de 3,0%. De
plus, ils ont permis la création de 43 000 emplois directs et indirects. »

« La SGF a déposé ce printemps son nouveau plan quinquennal auprès du
gouvernement du Québec, a poursuivi M. Blanchet, et plus que jamais nous
ciblerons le développement économique de la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine
ainsi que des autres régions du Québec. Ce nouveau plan sera beaucoup plus axé
sur les forces déjà reconnues en Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, car la SGF
veut être un des partenaires importants du développement de la région. »

La Société générale de financement du Québec (SGF) a pour mission de
mettre en oeuvre des projets de développement économique en coopération avec
des partenaires et dans des conditions de profitabilité normale. Il s’agit
d’implanter au Québec de nouvelles usines ou de nouveaux secteurs industriels
qui viennent combler certaines carences du tissu économique québécois. Ces
projets, d’au moins 10 millions de dollars, sont réalisés aux mêmes risques,
obligations et rendement que ses partenaires.

« La majorité de ces grands projets sont en phase de construction ou de
démarrage et ne produisent donc pas de rendement à court terme. C’est pourquoi
le rendement de la SGF doit être évalué sur une longue période auquel cas, ces
rendements seraient ceux de l’industrie. Au 31 décembre 2001, près de 30 % des
sommes engagées par la SGF étaient investies dans ce type de projet », a conclu
M. Blanchet.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Société générale de financement (SGF)

http://www.sgfqc.com

Commentaires