La table est mise pour créer de nombreux emplois en serriculture

Québec (Québec), 1er décembre 2005 – Le Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ) est persuadé que le projet de loi 135 présenté par le ministre du Travail stimulera la création d’emplois dans l’industrie serricole. Ceprojet de loi est présentement discuté en commission parlementaire.

« Actuellement, il en coûte jusqu’à 55 % plus cher à un producteur enserre québécois, par rapport à son compétiteur ontarien, pour construire uneserre. Mais nos serristes doivent quand même vendre leurs produits au mêmeprix que ceux provenant de l’Ontario. Cette situation inconfortable expliqueen grande partie pourquoi les superficies de serres sont demeurées les mêmesau Québec depuis 20 ans, tandis qu’elles ont triplé en Ontario », d’affirmerM. André Mousseau, président du SPSQ.

Au Québec, les producteurs qui désirent construire une serre doiventrespecter la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle etla gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction (R-20).Cette loi oblige les serristes à embaucher des travailleurs syndiqués de laconstruction pour leurs projets de construction. En Ontario, ce sont lesproducteurs en serre eux-mêmes qui ont développé l’expertise requise pourassembler leur serre. Les ontariens peuvent donc monter leurs serres de façonplus efficace et à moindre coût.

Le dernier gouvernement du Parti Québécois avait reconnu le problème,dans son budget préélectoral de 2003, et avait prévu soutenir la constructionde serres en proposant une approche par subvention. Ce projet n’a jamais vu lejour suite à l’élection du Parti Libéral. Le projet de loi 135 présentéaujourd’hui prévoit quant à lui le désassujettissement de la construction desserres de la loi R-20.

« L’approche préconisée par M. Lessard nous apparaît logique et durable.Oui nous avons toujours besoin d’ingénieurs pour faire nos plans; oui nousvoulons embaucher des électriciens pour brancher nos équipements; oui nousvoulons faire affaire avec les corps de métiers spécialisés. Mais lesspécialistes pour assembler le jeu de mécano que représente une serre, c’estnous! » de renchérir M. Mousseau.

M. Mousseau conclut que « présentement, il n’existe à peu près pasd’entrepreneur de construction spécialisé dans l’assemblage de serres auQuébec. Le projet de loi présenté vient combler un besoin important desproducteurs en serre et permettra la création de nombreux emplois. »

Les producteurs en serre du Québec emploient plus de 7 300 personnes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ)
http://www.fihoq.qc.ca/html/spsq.html

Commentaires