L’agriculture canadienne profitera du prochain cycle de négociation de l’OMC

Ottawa (Ontario), 14 novembre 2001 – Les agriculteurs de l’ouest canadien pourraient être parmi les grands bénéficiaires du prochain cycle de négociation de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a estimé le ministre fédéral de l’Agriculture, Lyle Vanclief.

Les discussions sur la réduction des aides accordées par l’Union européenne et les États-Unis à leurs agriculteurs, qui ont, selon M. Vanclief, presque tué l’industrie agricole dans les Prairies, présentent de réelles chances de succès.

Les subsides accordés aux agriculteurs européens et américains ont fait baisser les prix du marché agricole à un tel niveau que les agriculteurs canadiens affirment ne pas pouvoir survivre.

Le ministre a tout de même appelé à la patience. Les négociations pour aboutir à une éventuelle disparition des subsides pourraient en effet durer trois ans.

« Nous savons que ce sont des négociations, nous savons qu’il nous faudra travailler très fort (…) mais je suis convaincu que nous allons rendre (la situation) bien meilleure qu’actuellement. »

L’optimisme de M. Vanclief n’est pas partagé par Daniel Drach, de l’Université de Toronto, qui estime que les disputes commerciales de longue haleine au sein de l’OMC n’ont pas joué en faveur du Canada.

De son côté, le ministre fédéral du Commerce extérieur, Pierre Pettigrew, a jugé que la promesse faite par les Américains de revoir leur lois antidumping aurait également des effets positifs pour d’autres industries canadiennes, comme le bois-d’oeuvre ou l’acier.

Au terme de la conférence interministérielle de l’OMC, qui s’est terminée mardi, à Doha, au Qatar, les 142 délégations se sont mises d’accord pour lancer un nouveau cycle de négociations multilatérales visant à élargir la libéralisation du commerce.

Le sommet avait failli achopper sur la question des subventions agricoles pratiquées par l’Union européenne qui refusait que l’éventuelle suppression de ces aides soit formulée dans le texte de la déclaration finale.

Finalement, les termes « suppression progressive » sont conservés, mais sont précédés de la mention « sans préjuger du résultat des négociations ».

Source : PC

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires