Lauréates du Gala Saturne

Longueuil (Québec), 22 octobre 2007 – «… Ce soir, j’ai le goût de fêter avec vous tous, de fêter les 20 ans de la Fédération des agricultrices et une grande joie m’anime d’être là 20 ans plus tard. L’idée d’un gala Saturne est géniale, à mon point de vue, surtout en ces moments de grisaille profonde de l’agriculture québécoise. Félicitations aux organisatrices et merci d’apporter du bonheur aux lauréates et leur famille. Tous nous avons tellement besoin d’être reconnus dans notre savoir-faire, d’être respectés comme femme et homme dans cette profession, de nous faire dire qu’on est bon et surtout de belles personnes. […] Par expérience, mon message à vous tous ce soir c’est que le plus grand des savoir-faire, la véritable connaissance appartiennent à ceux qui posent les gestes et vivent au quotidien avec les décisions c’est-à-dire nous, agricultrices, agriculteurs. En 2007, j’estime que la Fédération des agricultrices et chacune de nous pouvons encore changer le cours de l’histoire; il suffit d’être décidées et surtout faire preuve d’une ténacité… »

C’est par ces mots que madame Lise Sarrazin, présidente d’honneur du Gala Saturne 2007, s’est adressée aux 500 convives venus, de toutes les régions du Québec, reconnaître l’excellence et le savoir-faire des agricultrices.

Plusieurs dignitaires ont aussi souligné le travail exceptionnel de ces femmes passionnées par l’agriculture dont monsieur Laurent Lessard, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, madame Carmen Ducharme, présidente de la Fédération des Agricultrices du Québec, madame Martine Mercier, 1re vice-présidente de l’UPA et monsieur Marcel Groleau, -président de la Fédération des producteurs de lait du Québec.

Le ministre Laurent Lessard a d’ailleurs souligné l’apport considérable de ces femmes polyvalentes au sein de l’activité agricole par ces mots : « La présence active des femmes dans l’industrie contribue puissamment au dynamisme de l’agriculture québécoise. Mesdames, vous participez significativement au développement socioéconomique dans l’ensemble des régions du Québec. »

Parmi les douze lauréates régionales, quatre se sont méritées les titres de jeune Agricultrice, Agricultrice de passion, Agricultrice entrepreneure et Agricultrice de l’année. Deux bourses de 500 $ chacune furent aussi remises, par La Financière agricole du Québec, dans les catégories formation professionnelle et formation continue.

Agricultrice de l’année 2007
Armande Henri Amireault, région de Lanaudière
Productions : laitière, avicole, porcine et grandes cultures
Née à Saint-Roch-de-L’Achigan, Armande Henri épouse Yvon Amireault, de L’Épiphanie en 1956. Ils débutent leur exploitation avec 15 vaches sur une terre de 36 hectares. En 1963, ils abandonnent la production laitière pour l’élevage de 35 000 poulets. En 1976, ils entreprennent la construction d’une porcherie, mais il faudra que trois juges de la Cour d’appel du Québec ordonnent à la paroisse de L’Épiphanie de leur émettre leur permis et ce, 9 ans après le début du projet. Ces années de bataille confirment son rôle et sa vocation d’agricultrice.

Tout en faisant l’administration et la gestion de la ferme, elle s’implique également dans la culture maraîchère, de foin et de céréales. Accompagnée de ses enfants, qu’elle sait en sécurité dans la voiture stationnée dans le champ, elle travaille au sarclage. Les journées sont longues mais ô combien gratifiantes.

À 68 ans, elle écrit au ministre des Affaires municipales du Québec pour s’opposer ouvertement à un projet de fusion, tel que présenté par la Ville de L’Épiphanie. À 73 ans, lorsque le projet de fusion revient dans l’actualité, elle fait du porte-à-porte pour sensibiliser les gens à la protection et à l’avenir de l’agriculture en faisant signer une pétition. Résultat : la fusion n’a pas lieu.

Elle et son époux sont heureux et fiers d’avoir transmis cette passion à leurs fils, Christian et Marc, qui ont pris la relève avec brio et grand déploiement. Ils sont aussi fiers de leurs cinq filles qui, par leur profession, sont également des défenderesses de l’agriculture et des valeurs qui s’y rattachent.

Son intérêt, sa fierté, sa passion, sa profession : l’agriculture.

Jeune agricultrice 2007
Chantale Lalancette, région du Saguenay-Lac St-Jean
Productions : laitière et fromagère
Benjamine d’une famille de sept enfants, Chantale passe toute son enfance, sur une ferme agricole de production de pommes de terre. Encouragée par ses parents, elle complète ses études en agriculture, après avoir fait un DEC en administration. À 22 ans, elle rencontre un fils d’agriculteur qui est en production laitière, production bien différente de celle qu’elle connaît. Chantale découvre alors de nouveaux côtés à l’agriculture dont les vaches laitières Ayrshire.

Travaillante, dynamique et déterminée, sont les qualités qui ont convaincu son beau-père de leur vendre la ferme familiale, cinquième génération. Après le transfert, les projets n’arrêtent pas. Une fromagerie artisanale appelée « L’Autre Versant » voit le jour, produisant trois fromages dont deux au lait cru nommés le Cru du Canton et le Curé-Hébert. Ce dernier a d’ailleurs remporté en 2007, le prix « Caseus d’argent » et est considéré comme le deuxième meilleur fromage au Québec. Ensuite, vint la vente de lait fermier. Les experts aiment déguster ses fromages et boire son lait frais. Ses produits de bonne qualité, différents, originaux et typiques attirent les clients jusqu’aux frontières du parc des Laurentides.

Concilier travail-famille avec deux enfants, et gérer une entreprise ne sont pas tâche facile. Chantale engage donc des employés. Fonceuse, elle n’arrête pas d’innover et de relever des défis. En plus de toutes ses tâches, elle s’implique socialement dans les comités agricoles et communautaires. Elle trouve même du temps pour agrandir sa famille, car elle attend son troisième enfant pour le mois de mars.

Agricultrice entrepreneure 2007
Sylvie Lévesque, région de la Côte-du-Sud
Production : parc d’engraissement de chevreaux de lait et lourds
Développer une nouvelle production et sortir l’agriculture des sentiers battus, voilà ce que Sylvie Lévesque a réussi. Femme dynamique et audacieuse, elle a démarré un parc d’engraissement de chevreaux de lait sous le nom « Les Élevages du Sud ». Convaincue de se dénicher un marché, elle entreprend tous les rouages de l’approvisionnement, de l’élevage à la mise en marché. Aujourd’hui, elle réussit avec brio à exploiter ce nouveau type de production.

Sylvie est mère de trois enfants. Son conjoint, Hervé Garon, exploite, avec deux autres propriétaires, une ferme laitière, de grandes cultures et de bouvillons d’abattage. Les deux entreprises sont des affaires de famille. Les enfants, à leur façon, aident à la chèvrerie et à la ferme laitière. Sylvie participe également à l’entreprise d’Hervé et ce dernier l’aide dans l’entretien de la chèvrerie.

Sylvie n’a pas peur de s’engager. Ses implications sociales et communautaires sont nombreuses. Elle est présidente du Cercle de Fermières de sa paroisse et l’instigatrice du « Salon des produits régionaux de St-Denis ». Elle est aussi coordonnatrice du comité de liturgie et se rend disponible lors des activités scolaires des enfants. Ceci sans compter les nombreux regroupements dont elle est membre et où elle s’investit généreusement.

Son objectif : faire connaître sa nouvelle production. L’élaboration et la distribution des produits transformés sont ses plus grands défis. Prendre de l’expansion en offrant une variété de produits à sa clientèle et franchir les portes des restaurants pour en faire un mets de choix au menu ou en table d’hôte requièrent un grand savoir-faire.

Agricultrice de passion 2007
Marthe Laverdière, région de Québec
Productions : horticole et agrotouristique
Fille de la campagne, cette femme d’Armagh, dans la région de Bellechasse, est une passionnée d’horticulture. Mariée à un agriculteur du secteur laitier, Marthe décide de démarrer sa propre entreprise.

Tout commence en 1987, lorsqu’une amie lui propose d’acheter en copropriété une serre. Ignorant tout de l’horticulture et ayant seulement une formation en comptabilité, elle accepte ce défi. C’est ainsi que l’entreprise Serres Li-Ma enr. voit le jour. Au cours de la première année, Marthe est très occupée à apprendre le nom des fleurs, à semer et à repiquer. Après deux ans durant lesquels se côtoient échecs, réussites et imprévus, elle devient propriétaire unique de l’entreprise.

Depuis ce temps, elle a agrandi son entreprise qui compte maintenant trois serres. Au printemps, elle produit des annuelles et des légumes en caissettes, des vivaces, des jardinières, des arbustes, des arbres et fait également des aménagements paysagers. Au cours de l’été, ce sont les roses, les tomates, les concombres et la table champêtre avec ses produits du terroir qui sont à l’honneur.

Son amour des plantes et de la terre est tel qu’elle décide d’étudier l’histoire botanique. Par la suite, elle créera 16 jardins thématiques sur différentes époques qu’elle offrira en visite guidée. Sa soif d’apprendre ne s’arrête pas là. Elle se passionne également pour les plantes médicinales, les fleurs séchées, le montage floral, la décoration de salle de mariage et les bouquets de mariage. De plus, étant une personne de nature joviale, Marthe préside des séances de rigolos thérapies et donne des conférences humoristiques. Dédramatiser et faire rire les gens lui apporte beaucoup de joie.

Boursière pour la formation professionnelle 2007
Mélanie Chaîné, région de Québec

Boursière pour la formation continue 2007
Louise Potvin, région du Saguenay-Lac-St-Jean

Commentaires