Le canola québécois à la rescousse de l’Europe?

Il manquerait environ deux millions de tonnes de canola en 2011 pour rencontrer les objectifs que s’est donné l’Union européenne (UE) afin d’atteindre les 10 % d’énergies renouvelables dans les transports d’ici 2020. Le Canada pourrait combler une partie de ce déficit si les producteurs et les transformateurs rencontrent les normes en termes de développement durable approuvées par l’UE.

Selon le Western Producer, publication agricole de l’Ouest du pays, aucune compagnie canadienne n’aurait obtenu d’accréditation à ce jour.

TRT-ETGO est probablement l’usine la mieux située du pays de par sa proximité au port de Bécancour. D’après Étienne Tardif, agronome à TRT-ETGO, la faisabilité d’un tel projet pour la compagnie reste à être prouvée compte tenu qu’il exige une accréditation de tous les acteurs faisant partie de la chaîne de valeur.

« Une ferme qui a 100 acres de canola devra faire sa demande d’accréditation pour pouvoir être certifiée, explique-t-il. C’est plus concevable de faire une telle démarche si on a 1000 acres en canola, comme ils l’ont dans l’Ouest. De plus, la production d’huile de qualité alimentaire demeure notre principal objectif. »

Commentaires