Le CIAQ annonce la naissance du clone de Starbuck

Saint-Hyacinthe (Québec), 20 septembre 2000 – Le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ) annonce une étape importante de son histoire : la naissance de Starbuck II survenue le 7 septembre à 23 h 30. Ce jeune veau mâle est nul autre qu’un clone du taureau Holstein de réputation mondiale Hanoverhill Starbuck. Il vient au monde après plus de 50 ans de réalisations remarquables du CIAQ dans le domaine de l’amélioration génétique bovine.

Cette naissance d’un veau vivant cloné réalisé à partir d’une lignée de cellules congelées d’un bovin adulte est une première au Canada et elle revêt un caractère particulier puisqu’il ne s’agit pas de n’importe quel bovin mais bien de l’exceptionnel Starbuck. Elle est d’ailleurs le résultat des efforts conjoints du CIAQ, de L’Alliance Boviteq et de la Faculté de médecine vétérinaire (FMV) de l’Université de Montréal.

Starbuck a fait carrière au CIAQ dans les années 80 et 90 et ses quelque 200 000 filles réparties dans plus de cinquante pays du monde entier ont impressionné les éleveurs à la recherche de sujets de haute performance. Les succès inégalés de plusieurs d’entre elles aux expositions lui ont d’ailleurs valu tous les superlatifs. Starbuck, grâce à son potentiel unique, est devenu un ambassadeur de la génétique canadienne à l’étranger et ses nombreux fils et petit-fils ont perpétué ses grandes qualités. Il avait le potentiel pour engendrer des fils qui peuvent transmettre à la fois un fort niveau de production avec un taux de protéine élevé et une conformation remarquable.

Un mois avant la mort de Starbuck survenue le 17 septembre 1998, des cellules du patriarche de 19 ans ont été prélevées par le Dr Daniel Bousquet de L’Alliance Boviteq, la station de recherche et de développement en transfert embryonnaire mise sur pied par le CIAQ en 1986.

Connaissant l’impact remarquable de Starbuck dans la population bovine à l’échelle mondiale, les dirigeants du CIAQ ont voulu tenter la chance de redonner aux producteurs laitiers la possibilité de profiter des caractéristiques de Starbuck. L’importance que les éleveurs administrateurs du CIAQ accordaient à la recherche comme toile de fond ainsi que l’étroit partenariat entre L’Alliance Boviteq et la Faculté de médecine vétérinaire ont été des éléments clés du succès de cette aventure, spécialement du point de vue scientifique.

Chercheur de réputation internationale, le Dr Lawrence Smith de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal a mis ses connaissances et son expertise à profit pour réaliser les délicates étapes de clonage menant à la production des embryons nécessaires à la réalisation de l’expérience. Les embryons sélectionnés qui ont été transférés dans des receveuses de L’Alliance Boviteq ont finalement conduit à une gestation normale et à la naissance du jeune Starbuck II qui pesait 54,2 kg (120 lb). La vache qui a servi de mère porteuse ainsi que le jeune veau se portent d’ailleurs très bien.

Le docteur Raymond S. Roy, doyen de la Faculté de médecine vétérinaire, réagit ainsi : « Cette réalisation scientifique met en relief la contribution des chercheurs de Saint-Hyacinthe au développement économique. Tous les producteurs de lait au monde sont à même d’apprécier la percée que représente le clonage de Starbuck. »

Le nouveau rejeton est donc une copie du célèbre taureau qui a tout simplement été reproduit par la technique du clonage et il possède toutes les caractéristiques de Starbuck. On ne parle donc pas ici d’organisme génétiquement modifié puisqu’il n’y a pas eu de modifications génétiques de l’organisme original.

« Le succès obtenu dans le présent partenariat confirme l’importance de la présence d’un centre de recherche appliquée comme L’Alliance Boviteq pour faire le lien entre la recherche de base et l’industrie animale » précise le directeur général de L’Alliance Boviteq, le Dr Wilfried Holtmann.

Le directeur général du CIAQ, Michel-R. Saint-Pierre, ajoute : « Cette réussite présente des possibilités énormes dans le domaine de l’élevage ainsi que dans d’autres secteurs liés à l’industrie laitière. Nous sommes fiers que le CIAQ et ses partenaires aient pris le leadership de cette première dans l’histoire de l’industrie des bovins laitiers canadiens. »

Le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ) est une entreprise fondée en 1948 qui met à la disposition des éleveurs du Québec les meilleurs reproducteurs bovins afin de favoriser l’amélioration génétique, la renommée et la santé financière de l’élevage québécois. Il loge dans ses étables plus de 800 taureaux. Les Tempo, Enhancer, Mason, Storm, Rudolph et, évidemment, Starbuck ont grandement contribué au fil des ans à sa renommée aux plans national et international. Une entente entre le CIAQ et trois autres centres d’insémination artificielle canadiens a mené en 1997 à la création de L’Alliance Semex qui commercialise la semence des taureaux dans plus de cinquante pays.

Au Canada, le CIAQ occupe 45 % du marché de l’insémination artificielle. Au Québec, un service d’insémination de haute qualité est fourni par plus de 200 inséminateurs et le CIAQ offre à ses clients producteurs laitiers et de boucherie divers programmes et services qui leur permettent de mieux atteindre leurs objectifs d’élevage conduisant à la rentabilité des fermes.

Un dossier d’information est disponible sur le site du CIAQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ)

http://www.ciaq.com

Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal

http://www.medvet.umontreal.ca/

Commentaires