Le Colloque sur la santé des sols attire un nombre record de participants

La plus récente édition du Colloque sur la santé des sols frappe par la diversité des sujets abordés

Évaluer les besoins en drainage d’un champ. Utiliser le rendement relatif comme indicateur de la santé du sol. Réussir une transition vers le semis direct. Stocker du carbone dans le sol. Minimiser le travail du sol en production biologique. La plus récente édition du Colloque sur la santé des sols frappe par la diversité des sujets abordés.

L’événement, qui en était à sa septième édition, a eu lieu le 7 janvier au campus de Saint-Hyacinthe de l’Institut de technologie agroalimentaire. Comme lors des éditions précédentes, les organisateurs – le Club Action semis direct et le MAPAQ- ont opté pour une formule où des présentations se tiennent simultanément dans cinq salles différentes. Chacune des 13 présentations au programme était ainsi présentée deux fois au cours de la journée. Si cette formule laisse peu de temps pour le réseautage, elle a le mérite de permettre à chaque participant de se bâtir un programme «sur mesure» qui colle à ses intérêts. De plus, elle facilite les échanges entre les conférenciers et leur auditoire.

Articles connexes

Tout aussi frappante est la participation. Frappante à la fois par le nombre d’inscrits, par leur provenance et par la proportion d’agriculteurs parmi ceux-ci. Les organisateurs rapportent que 529 personnes ont été attirées par ce rendez-vous, un record absolu. De ce nombre, pas moins de 60 pour cent seraient des producteurs et des productrices, un niveau rarement atteint lors des événements de ce genre. Enfin, on observe que bon nombre de participants provenaient de l’extérieur de la Montérégie, parfois d’aussi loin que le Lac-Saint-Jean et le Bas-du-Fleuve.

«Nous pensons que cette participation élevée s’explique par plusieurs facteurs, déclare le président du Club Action semis direct, Éric Lapierre. Il y avait cette année au programme plusieurs nouveaux conférenciers. De plus, on a publicisé davantage l’événement à travers les médias sociaux, ce qui a permis de mieux rejoindre la jeune clientèle. On a d’ailleurs constaté qu’il y avait plus de jeunes cette année.»

«Le temps clément nous a aussi aidé, ajoute modestement le président. Presque tous ceux qui s’étaient pré-inscrits se sont présentés.»

Peut-être aussi que cette popularité exceptionnelle témoigne d’un intérêt croissant des producteurs et des productrices pour la santé de leur sol!

 

 

 

 

à propos de l'auteur

Journaliste

André Piette

André Piette est un journaliste indépendant spécialisé en agriculture et en agroalimentaire.

Commentaires