Ces jours-ci, Jean-François Riendeau remonte un semoir à semis direct usagé qu’il vient d’acheter. «Pas le choix, on n’avait rien pu labourer l’automne dernier», dit-il.

«Confiné» dans l’atelier

Pour jaser avec Jean-François Riendeau, c’est au téléphone que ça se passe. «Ou encore sur Facetime ou Messenger», précise ce producteur de grandes cultures bien connecté

Cette réclusion forcée n’entrave pas les préparatifs du producteur Jean-François Riendeau. Il a dû toutefois faire certains ajustements. Quand le moment sera venu de mettre en terre maïs, soya et orge de brasserie, il faudra que tout l’équipement soit fin prêt.

Un microbe qu’on aime

La bactérie responsable de la nodulation du soya tolère mal le froid. Certains composés permettent de la mettre quand même au travail

Cela fait un peu bizarre de parler de microbes dans le contexte actuel. Pourtant, tous ne nous font pas la vie dure et certains s’avèrent même de précieux alliés. Comme Rhyzobium, dont le Dr Don Smith, de l’Université McGill, a traité lors du Rendez-vous végétal 2020.


Le professeur Raj Khosla a aussi combiné la gestion par zones à l’utilisation d’un capteur de végétation, un équipement installé sur le tracteur qui détermine en continu la quantité d’azote à appliquer.

Pratiquer l’agriculture de précision sans échantillons de sol?

Le chercheur Raj Khosla propose une approche qui gère la «macro-variabilité» du champ et qui n’exige aucun échantillonnage de sol.

Le professeur-chercheur Raj Khosla a développé une approche de gestion par zones qui n’exige aucun échantillonnage de sol. Il en a fait la présentation dans le cadre du colloque sur l’agriculture de précision tenu par le CRAAQ le 4 mars dernier.

Le centre de recherche de Corteva, situé à Coteau-du-Lac, au sud-ouest de Montréal.

Seulement 1% de gain par 100 UTM

Si une zone dispose de 2 800 UTM, quel gain de rendement peut-on espérer obtenir en utilisant des hybrides de 2 900 UTM?

Si une zone dispose de 2 800 UTM, quel gain de rendement peut-on espérer obtenir en utilisant des hybrides de 2 900 UTM? À peine un pour cent en moyenne. Vérifié.


« Des bons coups au champ »

Quatre producteurs ont témoigné de leurs bons coups dans le cadre du dernier Rendez-vous végétal

Une nouveauté a soulevé un vif intérêt au dernier Rendez-vous végétal, qui s’est tenu le 12 février à Saint-Hyacinthe. Les organisateurs ont présenté quatre courtes vidéos où des producteurs font état d’un de leurs «bons coups au champ». Regardez les vidéos.

Un champ de maïs semé aux 60 pouces à la ferme de Sébastien Angers. Les espèces de plantes intercalaires observées sont le trèfle rouge, le trèfle blanc, la luzerne, le ray-grass, la fétuque, la fléole des prés et la vesce velue.

Du maïs aux 60 pouces

L’idée n’est peut-être pas aussi farfelue qu’il n’y paraît. Un groupe de producteurs la met à l’essai

La grande question, c’est de savoir quel rendement on peut atteindre avec du maïs aux 60 pouces. Comme les plants reçoivent davantage de lumière, il est logique de penser qu’ils se développeront davantage. Va-t-on atteindre ou à tout le moins se rapprocher du rendement aux 30 pouces?


L’animatrice Stéphanie Forcier et les trois panelistes : Matthew Dewavrin, Paul Caplette et Louis Robert.

Bio et conventionnel, même combat ?

Un débat sur les pesticides fait ressortir les points de convergence entre les deux modes de production

Les pesticides sont souvent montrés du doigt dans les médias. Un débat sur le sujet, organisé dans le cadre de la Semaine de l’agriculture, de l’alimentation et de la consommation, a donné la parole à trois joueurs impliqués dans ce débat. Consultez les points de vue de l’agronome Louis Robert et des producteurs Paul Caplette et Matthew Dewavrin.

Le programme touffu comptait 13 présentations différentes et deux pléniaires

Le Colloque sur la santé des sols attire un nombre record de participants

La plus récente édition du Colloque sur la santé des sols frappe par la diversité des sujets abordés

La plus récente édition du Colloque sur la santé des sols frappe par la diversité des sujets abordés. Évaluer les besoins en drainage d’un champ. Utiliser le rendement relatif comme indicateur de la santé du sol. Réussir une transition vers le semis direct. Stocker du carbone dans le sol. Minimiser le travail du sol en production biologique.


Benoit Hébert pense efficacité du travail

Trois producteurs, trois résolutions pour 2020

À quoi ressemble les résolutions des producteurs? Trois d'entre eux partagent leurs réflexions

À l’aube d’une nouvelle année, il est courant de prendre une résolution. À ce titre, faire plus d’activité physique, manger mieux et perdre du poids figurent sans doute en tête du palmarès des résolutions les plus populaires. Quel genre de résolution prennent les producteurs agricoles? Trois producteurs de grandes cultures nous dévoilent la leur. Y […] Lire la suite

Cet hiver, gardez vos silos à l’oeil

Il y a un dicton qui dit : «À récolte difficile, entreposage difficile»

Un exemple de ce qu’on voudra éviter cet hiver. Dans un gros silo, envoyer régulièrement un voyage a pour effet de faire bouger le grain, ce qui réduit les risques que se crée une colonne semblable.