Le Conseil du canola du Canada développe l’évidence scientifique pour les bénéfices sains de l’huile de canola

Winnipeg (Manitoba), 30 octobre 2007 – Le Conseil du canola du Canada a collaboré avec des partenaires de l’industrie du canola en vue d’établir un grand fonds pour les recherches innovatrices reliant l’huile de canola et une amélioration de la santé de tous les Canadiens.

Le Fonds de recherche sur les produits du canola est appuyé par leConseil du canola, les associations des producteurs de canola des Prairies,Bayer CropScience, Dow AgroSciences Canada, Monsanto Canada et PioneerHi-Bred.

La présidente du Conseil, JoAnne Buth, affirme que le nouveau Fonds « seraaxé sur le soutien de recherches de pointe sur le rôle de l’huile de canoladans la réduction des risques de problèmes de santé majeurs tels que lediabète et les maladies cardiovasculaires. »

« Nous considérons le Fonds de recherche sur les produits du canola commecapitaux de démarrage essentiels pour développer l’évidence scientifiquederrière nos connaissances actuelles sur les caractéristiques saines del’huile de canola, » indique Buth. « Au cours des prochains mois nous espéronsconstater un soutien financier encore plus grand à l’intérieur et àl’extérieur de l’industrie du canola. »

Buth explique que l’argent déjà engagé sera accordé à trois projetsmajeurs touchant des essais cliniques sur la nutrition humaine et l’huile decanola.

Deux études seront lancées à l’automne, mettant l’accent sur1) l’efficacité de l’huile de canola dans la gestion du cholestérol élevé etd’autres facteurs de risque des maladies du coeur et 2) l’impact de l’huile decanola sur la résistance à l’insuline chez les adultes à risque de diabète detype 2. Une troisième étude approuvée pour l’aide financière examinera l’effetde l’huile de canola sur le contrôle de la glycémie et les facteurs de risquedes maladies du coeur chez les adultes atteints du diabète de type 2.

En plus de corroborer et de renforcer l’allégation bonne pour la santécardiovasculaire de l’huile de canola, Buth prévoit que les résultats duprojet « peuvent aussi fournir de nouvelles données de recherche dans ledomaine du diabète, des données qu’on peut utiliser pour commercialiserdavantage l’huile de canola. »

Le Conseil du canola est également entré en partenariat avec Syngenta etavec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) afinde financer un projet de recherche à l’Université du Manitoba, conçu pourexaminer les constituants mineurs de l’huile de canola et de farine ayant despropriétés neutraceutiques améliorées.

Fonds de recherche sur les produits du canola
Dans la première étude, le Dr Peter Jones et ses collègues au RichardsonCentre for Functional Foods & Nutraceuticals à l’Université du Manitobaeffectueront un essai avec des sujets à la limite de niveaux élevés decholestérol. Un régime comportant l’huile de canola (70 % de la matière grassetotale) sera comparé à un régime témoin grandement constitué d’acides grassaturés et oméga-6.

On prévoit que les résultats démontreront les effets positifs de l’acidealpha-linolénique (ALA), l’acide gras oméga-3 retrouvé dans l’huile de canola,et de l’acide oléique (un acide gras monoinsaturé à très haute teneur dansl’huile de canola) sur plusieurs indicateurs d’inflammation et dedysfonctionnement des cellules des vaisseaux sanguins caractéristiques desmaladies coronariennes.

La deuxième étude examinera les effets bénéfiques potentiels d’un régimeà haute teneur en acides gras monoinsaturés et oméga-3 de l’huile de canolachez les femmes trop grosses à risque de développer le diabète de type 2.

La Dre Sheila Innis de la faculté de médecine, Pédiatrie, l’Université dela Colombie-Britannique, et ses associés de recherche réduiront l’apportd’acides gras saturés et oméga-6 chez les sujets et augmenteront leurconsommation d’acides gras monoinsaturés et oméga-3 au moyen d’un régime richeen huile de canola.

On prévoit que l’étude montrera l’impact positif des acides grasmonoinsaturés et oméga-3 sur la santé, surtout sur les mesures d’inflammation,qu’on estime un déterminant pour l’apparition et l’évolution du diabète ainsique des maladies coronariennes (CHD).

La troisième étude approuvée pour l’aide financière sera entamée par leDr David Jenkins de la faculté de médecine, l’Université de Toronto, une foisqu’on aura trouvé des fonds de recherches à part égale. Jenkins étudieral’impact de l’huile de canola sur le contrôle de la glycémie et les facteursde risque des maladies du coeur chez les patients atteints du diabète detype 2.

On prévoit que l’étude montrera que les sujets qui consomment l’huile decanola témoigneront un meilleur contrôle du glucose sanguin, un meilleurprofil de lipides sanguins, et une réduction des indicateurs d’inflammationassociés aux maladies du coeur et au diabète, en comparaison avec les sujetsqui consomment un régime faible en ALA.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil du canola
http://www.canola-council.org/

Commentaires