Les revenus agricoles augmentent malgré la pandémie

L’arrivée de la pandémie a apporté son lot de questions sur ses conséquences sur l’économie et le milieu agricole. En étudiant les neuf premiers mois de l’année, le secteur agricole s’en tire avec un solde positif, malgré les bouleversements dans les habitudes de consommation des derniers mois.

Statistique Canada rapporte que les recettes agricoles ont totalisé 51,6 G$ pour les trois premiers trimestres de 2020, en hausse de 8,4 % par rapport à 2019. L’organisme fédéral accorde la hausse à une augmentation des mises en marché de la plupart des céréales et des oléagineux, en particulier du canola.

Le Québec affiche une augmentation de 387,9 M$ depuis janvier. C’est la Saskatchewan qui enregistre la plus forte hausse avec 2,2 G$, soit plus de la moitié de l’augmentation pour le pays. En Ontario, les gains sont de 731,1 M$ et en Alberta 465 M$.

Les recettes des cultures ont augmenté de 14,8 % pour s’élever à 30,0 G$. En excluant les recettes provenant du cannabis, les recettes ont grimpé de 9,2%. Les paiements directs se sont accrus de 30,1 % pour atteindre 2,4 G$. Parallèlement, les recettes du bétail ont diminué de 2,2 % pour s’établir à 19,1 G$.

graphique à barres empilées&8211;Graphique2,

 

Les mises en marché de la plupart des céréales et des oléagineux ont augmenté d’une année à l’autre (canola, avoine, orge et blé). En revanche, les mises en marché du maïs-grain ont reculé (-16,1 %). Les excellentes conditions de récolte ont permis aux agriculteurs de récolter leurs cultures plus tôt, ce qui a donné lieu à une augmentation des recettes du troisième trimestre. Les mises en marché de céréales et d’oléagineux ont progressé de plus du tiers (+35,6 %) d’une année à l’autre en août et en septembre.

Les recettes des porcs ont diminué de 4,0 % d’une année à l’autre pour s’établir à 3,3 G$. Le recul est dû à une baisse des prix de 8,2 %, puisque les mises en marché ont augmenté de 4,5 %.

Les recettes des produits sous gestion de l’offre ont progressé de 2,1 % pour s’élever à 8,7 G$, ce qui représente 45,3 % des recettes du bétail. Les recettes monétaires ont augmenté pour le lait, les œufs et les poulets, tandis qu’elles ont diminué légèrement pour les dindes et dindons.

Les paiements directs ont augmenté de 30,1 % d’une année à l’autre pour atteindre 2,4 G$ et six provinces ont affiché des hausses des paiements. Les augmentations les plus marquées ont été observées au Québec avec 210,2 M$ et en Alberta avec 154,3 M$.

Près de la moitié du total des paiements directs provient des paiements d’assurance-récolte. La majeure partie de l’augmentation des paiements observée au Québec était répartie entre les paiements provinciaux de stabilisation (+87,7 M$) et les paiements d’assurance-récolte (+77,6 M$).

L’augmentation des paiements des programmes provinciaux de stabilisation au Québec est le résultat de la baisse des prix à la suite de fermetures temporaires et de ralentissements dans les usines de transformation pendant la pandémie.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires