Le Japon s’engage à tenir des discussions techniques sur les questions bilatérales liées à l’ESB

Tokyo (Japon), 13 janvier 2004 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Bob Speller, a annoncé que le ministre de l’Agriculture, des Forêts et des Pêches du Japon, M. Yoshiyuki Kamei, s’engageait à entamer des discussions techniques bilatérales avec les fonctionnaires afin d’étudier diverses façons de rétablir le plus tôt possible les exportations du boeuf canadien vers le Japon.

M. Speller a affirmé que cet engagement représente une bonne nouvelle pour l’industrie canadienne du boeuf et constitue un autre pas en avant dans le cadre du plan d’action du Canada à l’égard de la crise de l’ESB en Amérique du Nord.

« Cette entente facilitera les consultations bilatérales, l’échange de renseignements techniques et la collaboration, ce qui contribuera grandement à nos efforts visant à normaliser nos relations commerciales dans l’industrie du boeuf, a déclaré M. Speller. Je suis très heureux que le Japon ait accepté de franchir ce pas important, et j’ai assuré le ministre Kamei que nos fonctionnaires étaient déjà prêts à collaborer avec leurs homologues japonais en vue d’assurer la réintégration du boeuf canadien sur les marchés japonais. »

Durant leur réunion, les deux ministres ont aussi discuté des mesures que le Canada a déjà prises pour protéger la santé humaine ainsi que de l’investissement de 92,1 millions de dollars annoncé la semaine dernière pour faciliter la mise en place de nouvelles mesures qui permettront de réduire le risque d’ESB à l’avenir.

Par ailleurs, M. Speller a informé le ministre Kamei que le Canada allait affecter sur place, à Tokyo, un vétérinaire qui, conjointement avec les fonctionnaires japonais, examinera les données scientifiques actuelles et qui fournira de plus amples renseignements sur les mesures de surveillance de l’ESB mises en place par le Canada.

« En affectant un vétérinaire sur place au Japon, le Canada espère témoigner aux représentants japonais de l’importance qu’il accorde au marché japonais. »

Le ministre Kamei et ses fonctionnaires se sont également engagés à collaborer avec le Canada au sein de l’OIE dans le cadre d’un examen du chapitre sur l’ESB qui tiendra compte des nouvelles données scientifiques et à simplifier la catégorisation du statut d’un pays.

Les intervenants de l’industrie canadienne du boeuf ayant participé cette semaine à la mission commerciale, notamment le Conseil des viandes du Canada, la Fédération canadienne pour l’exportation de boeuf (FCEB) et la Canadian Cattlemen’s Association, sont heureux des résultats des réunions bilatérales qui se sont tenues aujourd’hui.

« Nous appuyons sans réserve l’engagement mutuel qu’ont pris le Canada et le Japon, soit de collaborer au sein de l’OIE et entre eux en vue de cerner et de surmonter les derniers obstacles à la reprise du commerce des produits du boeuf canadiens », a signalé le président de la FCEB, M. Ben Thorlakson.

« Le leadership politique dont a fait preuve le Japon aujourd’hui confirme qu’il est possible de trouver rapidement des solutions aux problèmes commerciaux auxquels notre industrie fait actuellement face lorsque tous les intervenants travaillent de concert et collaborent », a déclaré le président de la Canadian Cattlemen’s Association, M. Neil Jahnke.

Outre sa réunion avec le ministre Kamei, M. Speller a aussi rencontré le ministre de la Santé du Japon et le président de la commission sur la salubrité des aliments du pays. Il a également discuté avec le ministre japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie par téléconférence.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Canada Beef Export Federation
http://www.cbef.com/

Canadian Cattlemen’s Association (CCA)
http://www.cattle.ca/

Commentaires